Une petite «bombe» a fait trembler le hall de Loyers mercredi soir lorsque le président Dany Martin a annoncé l’arrivée d’une nouvelle coach au club. Et non des moindres.

«Après le départ de Nicolas Maigret de la direction de notre équipe fanion, en ma qualité de responsable des équipes féminines, je voulais prendre quelques jours de réflexion, confie «Big» Dan. Et après avoir convaincu Stéphane Dehasse d’assurer l’intérim quelques semaines, je pouvais me mettre calmement à la recherche de la perle rare pour diriger notre équipe R1 dames. Quelques contacts et coups de téléphone plus tard, je confirme non sans satisfaction et fierté, avoir trouvé ce coach en la personne de… Marjorie Carpréaux! C’est la preuve une fois de plus que le BC Loyers peut saisir la balle au bond pour continuer de grandir», ajoute le président des «Rouges».

Reste la question de savoir comment la meneuse de 34 ans va passer du jeu (elle reste en D1 à Namur) au coaching et combiner les entraînements et les matches avec l’exigeant programme d’une professionnelle. Tout en faisant ses gammes de coach… « Son expérience sur le terrain est un gros atout et surtout son sens de la compétition, estime encore Dany Martin, qui compte aussi dans ses effectifs masculins Alexis Heraly, le préparateur physique de Namur. Et elle va s’inscrire à la formation de coach dès vendredi. Quant à son programme avec la D1 de Namur, on va faire ce qu’il faut à Loyers pour ne pas le perturber.»

On sent à l’évidence beaucoup de respect pour la joueuse de l’équipe nationale et elle l’a bien compris. Ce qui a facilité son choix. «J’ai eu au téléphone un président qui avait l’envie de m’offrir un challenge très spécial, explique Marjorie Carpréaux, charmée par la proposition loyersoise. Il y a eu beaucoup de respect et à la fois de l’insistance pour amener au club mon expérience et ma personnalité. Des portes se sont fermées dernièrement, et de nouvelles s’ouvrent quasi en même temps. Cela a été le cas lorsque Namur m’a appelée aussi. Je suis restée 15 jours coupée de tous les réseaux sociaux – cela équivalait pour moi presqu’à trois mois – tout en me ressourçant auprès de ma maman. Le basket est devenu secondaire mais je veux encore y briller. Évidemment je reste l’employée du club de Namur et j’ai donc sollicité l’autorisation du président Davreux pour coacher à Loyers. Je ne pourrai juste pas le faire contre Namur. Pour le reste, j’aurai un staff et un assistant, je pourrai donc me reposer sur eux également. Je dirigerai le plus de matches possible, en me donnant à 100% pour Loyers, tout comme pour Namur évidemment.»

Quant à l’équipe et ses ambitions. «Je ne viens pas juste pour faire plaisir et faire de la figuration, conclut «Marjo». Beaucoup de coaches expérimentés voudraient être à ma place. On va viser les play-off, avec une équipe solide et composée de très bonnes joueuses.» L’ambition reste son leitmotiv. Chassez le naturel…