Mérite sportif de la commune de Beauraing, 3e lors de la compétition des Princes du Temps, 2e à l’issue des championnats de Belgique de course de montagne, Mathias Anciaux enchaîne les performances XXL depuis plusieurs mois, voire années, maintenant. Ce week-end encore, la jeune pépite de la Belgique Trail Académie a frappé fort. Au départ des 10 kilomètres du Mont Blanc, le traileur de 17 ans s’est classé 9e en bouclant sa course en 42’20’’.

Un résultat qui lui permet même de monter sur la plus haute marche du podium chez les cadets. "Étonnamment, il n’y avait pas énormément de dénivelés, mais la course est partie sur un rythme effréné, raconte Mathias Anciaux. Il y avait une seule côte très pentue à la mi-course, avec des racines, des pierres, rien de ce que j’ai l’habitude de grimper en Belgique. J’étais 14e au sommet. À 3 kilomètres du terme, j’ai entamé ma remontée. J’avais travaillé ma vitesse ces dernières semaines à l’entraînement, ça a payé. J’ai grappillé 5 places en finissant sur un tempo de 3’15, 3’20 et 3’18 au kilomètre. À la base, j’y allais uniquement pour voir où je me situais face à la concurrence française. J’ai d’ailleurs pu remarquer que le niveau était nettement plus élevé que lors des Nationaux."

Une prouesse qui est tout sauf une surprise pour le protégé de Frédérick Hardenne. Mathias va d’ailleurs entamer une préparation digne des professionnels en vue de la Youth Chamonix Courmayeur (YCC), un challenge très compétitif dédié aux jeunes traileurs nés entre 1999 et 2007. "Je vais partir à la Plagne Bellecôte, dans le parc national de la Vanoise, pas loin du Val-d’Isère, pour un stage de 5 semaines en haute montagne, explique l’affilié du ROCA. Là-bas, je vais me préparer au dénivelé et aux chemins caractéristiques de la région. En Belgique, c’est très difficile de trouver des côtes à plus de 150 mètres de D +. Mon but est bien entendu d’avoir la meilleure préparation possible pour la YCC. Il y a deux ans, je l’ai remporté chez les minimes. Ici, en cadets, je sais que la concurrence sera encore plus rude. Je manque un peu de foncier, mais je me sens affûté."