Namur Le kayakiste dinantais doit donner une autre orientation à sa saison après son échec lors des Coupes du monde.

Le kayakiste Maxime Richard avait basé sa préparation sur les courses de kayak en ligne (K1 200 m). L’objectif était de se qualifier, via une des deux manches de Coupe du monde disputées fin mai et début juin à Poznan et à Duisbourg, pour les Jeux olympiques européens et les championnats du monde. Ce que le Dinantais n’a pas réussi à faire pour… 0,02 s. Le kayakiste espérait la clémence du COIB, mais il ne l’a pas obtenue.

"Pour être qualifié, il fallait être le meilleur Belge et faire un top 18. Je suis le meilleur Belge, mais j’ai fait une 19e place à Poznan, pour 0,02 s. Il y avait deux façons de voir les choses. Ils auraient soit pu faire preuve de compréhension avec ce résultat et en sachant que je n’avais plus fait de course en ligne depuis 2015 et que je reviens de blessure. Soit ils restaient à 100 % à cheval sur les règles et sur les chiffres. Ce qu’ils ont fait" , explique Maxime Richard à tête reposée, légèrement amer vis-à-vis du COIB. "Mon projet était de participer aux plus grosses compétitions en 2019, pour pouvoir performer sur cette discipline en 2020. Le COIB n’y a pas cru, alors que l’Adeps m’a toujours soutenu. Pour 0,02 s, je pourrais même perdre mon contrat avec l’Adeps et donc voir la fin de ma carrière professionnelle. Je ne suis pas énervé mais triste de voir que le COIB ne met pas un peu de cœur dans ses décisions. Le sport de haut niveau se construit avec de la confiance."

Le kayakiste dinantais va donc devoir donner une tout autre orientation à sa saison, lui qui espérait performer sur les courses en ligne. "Je vais participer à des coupes de descente de rivière, discipline où j’ai toujours été le meilleur. L’atmosphère y est différente, moins politique. Là on regarde les vraies performances, et moins les chiffres."

Malgré la déception qui l’anime, Maxime Richard a déjà repris les entraînements. "Je ne vais pas rester sur mon divan à ne rien faire. Grâce aux résultats effectués en début de saison, je suis sélectionné dans l’équipe nationale de descente de rivière. Je participerai à la Coupe d’Europe en juillet prochain en Italie, dans une rivière que je connais bien car c’est là que j’ai réalisé mon premier championnat d’Europe seniors, en 2009. Il y a également une Coupe du monde prévue en novembre."