Namur

Le Dinantais devra encore patienter pour signer une septième victoire sur sa Corrida 


Vainqueur à six reprises de la Corrida de Dinant, Michaël Brandenbourg espérait bien ajouter une septième fois son nom au palmarès du 10 km sur bitume le plus rapide de Belgique, organisé par son club, l’ARCH.

D’autant plus qu’il ne s’était plus imposé sur le parcours dinantais depuis 2015. "En 2016, la course n’a pas eu lieu, j’ai fini 2e en 2017, en 30’16’’, et en 2018, 5e en 31’. J’avais explosé après avoir suivi Dorian Boulvin", rappelle le coureur de l’ARCH.

Michaël Brandenbourg devra toutefois encore patienter. Malgré un chrono sous la barre des trente minutes, 29’ 49’’, il est tombé sur plus fort que lui, en la personne de Valentin Poncelet, vainqueur en 29’ 30’’.

"Il a fait la différence dès le début, je n’ai pas essayé de le suivre, pour éviter de me brûler", commente Michaël Brandenbourg. "Ce n’est pas mon meilleur temps à Dinant, mais je suis malgré tout content. Je suis resté plusieurs semaines sans courir, en raison de soucis musculaires. J’ai changé d’entraîneur il y a peu. Après autant d’années sous la houlette du même coach, Henri Salavarda, cela devenait monotone. Il me fallait quelque chose de nouveau pour me remotiver. Je suis désormais entraîné par Larbi Shababe, manager du Team Valois. Les nouveaux plans d’entraînement y sont sans doute pour quelque chose dans mes problèmes musculaires. Mon corps doit s’adapter. Mais depuis une quinzaine de jours, je recours normalement."

Michaël Brandenbourg lorgne désormais le national du 10 km sur piste, qui auront lieu le 4 mai.

"J’ai déjà été champion de Belgique, mais je serais déjà très content de monter sur le podium", déclare-t-il. "Il y aura énormément de concurrence, avec notamment Valentin Poncelet, Régis Thonon et Clément Deflandre, le champion de Belgique de cross des moins de 23 ans, et bien sûr aussi des coureurs flamands."