Namur Le club retrouve la nationale 16 ans après l’avoir quittée.

Rochefort a saisi sa dernière chance de monter en D3 amateurs dimanche après-midi à Fize. Grâce à leur victoire et à celle de Visé à Renaix, les Marcassins retrouveront la nationale, seize ans après l’avoir quittée. Mais avec quelles ambitions ?

Ces dernières années, les clubs de P1 namuroise qui ont été promus (Loyers, Profondeville, Spy ou encore le Condruzien) en Promotion ou en D3 amateurs ont chaque fois fait l’ascenseur.

"Il ne faut pas prendre cette montée comme un cadeau empoisonné", tempère le président rochefortois Benoît Jeanmart. "Lors du tour final, on a gagné trois fois en déplacement et inscrit 14 buts. La rencontre perdue face à Schaerbeek a par ailleurs été une propagande pour le football. Sur la base de ce constat, je pense qu’on mérite au moins d’essayer quelque chose plus haut et tenter de s’y stabiliser."

Plus que probablement versé dans la série B vu sa position géographique avec les clubs luxembourgeois et liégeois, Rocherfort sait que des transferts seront nécessaires pour rivaliser.

"On a prolongé quasiment tout le groupe ainsi que le coach Arnaud Poels (le T2 Boule Fiévet rejoint Michel Mauléon à Huy). Mais on va essayer de faire un renfort dans chaque ligne, c’est ce qui était prévu en cas de montée. On n’a pas encore de noms à donner mais j’imagine que le coach à une piste ou l’autre. Il doit rester des joueurs sur le marché."

Pas question toutefois de sauter sur le premier venu. "On ne va toutefois pas prendre n’importe qui. On veut des joueurs qui ont les mêmes valeurs que les nôtres et qui adhèrent à notre projet. Pas quelqu’un qui va juste venir faire une dernière année pour finir sa carrière."

À ce stade, Crucifix (Onhaye), Claude (Nassogne), Pierard (Beauraing) et Catania (Oppagne) ont déjà signé à la JS Rochefortoise. Rayon départs, le club a déjà acté celui de Diame (Fernelmont), Hengen (Neffe), Ravignat (Condruzien), Henrotaux (Spy) et Marion (Verlaine). "Marion se fait opérer des ligaments croisés le 20 juin et sera longtemps indisponible. On lui a dit qu’il pouvait se soigner chez nous pour jouer au second tour, la balle est dans son camp. Pour Henrotaux, on a travaillé en tenant compte qu’il partait. Donc, en principe, il s’en ira..."