À Sambreville, les jeunes judokas n’ont jamais arrêté mais les plus de 13 ans vont seulement reprendre le collier ce vendredi après sept mois sans avoir pu monter sur un tatami. Autant dire que les interrogations sont nombreuses.

"On a prévenu tout le monde mais personne ne doit confirmer sa présence, je ne sais pas combien de judokas je vais retrouver", confie le vice-président et entraîneur Alain Collignon. "Des U15 aux Seniors, nous avons plus ou moins cinquante membres. Ils sont trente-quarante à venir régulièrement. Si j’en revois une vingtaine en cette fin de saison, je serai déjà très content. Il reste à peine cinq séances avant les grandes vacances."

L’entraîneur sambrien ne craint pas nécessairement que certains tournent définitivement le dos au judo mais estime qu’ils préféreront plutôt temporiser.

"On a continué à entretenir du lien à distance via des entraînements Zoom. Je ne pense pas que nos adolescents se tourneront vers une autre discipline. Cela dit, travailler tout seul ses techniques, cela va un temps. Cela permet de les consolider mais à un moment donné, il faut de l’opposition. Sans compétition depuis si longtemps, il y aura un problème de rythme, c’est sûr. Certains qui ne s’estiment pas suffisamment en condition, ne reprendront peut-être le collier qu’en septembre alors que des étudiants se concentrent sur leurs examens."

Si les protocoles ne paraissent pas exagérément lourds, chaque judoka ne peut avoir qu’un seul adversaire sur l’entièreté de la séance. "Ce n’est pas l’idéal mais nous ne devrons pas adapter notre capacité, c’est déjà cela."

L’été devrait être l’occasion de remettre tout le monde à niveau. "Nous avons prévu quatre stages, deux en juillet et autant en août. Il faut savoir que la Fédération a prévu les championnats provinciaux, régionaux et nationaux de jeunes (U15, U18 et U21) en novembre et décembre. Quatre mois pour s’y préparer, cela devrait aller, d’autant que tout le monde sera sur le même pied mais seuls Zacharia Jamaigne et les sœurs Bouvier, qui sont Élites, ont pu continuer à s’entraîner sans discontinuer."