Le championnat de Superdivision va reprendre ces droits ce week-end avec le déplacement de Virton à l’Étoile Basse-Sambre. Quels sont les objectifs des équipes namuroises et luxembourgeoise ?


Virton revoit ses ambitions à la baisse

Comme les dernières saisons, les Virtonais auraient voulu jouer une place sur le podium. Mais la situation économique due au Covid-19 a fait mal. "Soyons clair, l’arrêt de Szymanski et le départ de Swartenbrouckx n’ont pas été compensés, avoue Patrice Mullenders. Les six derniers mois ont été compliqués financièrement et nous avons préféré ne pas prendre de risques. Si bien que l’on s’est retrouvés avec le seul Yannick Vostes comme titulaire et Cédric Merchez, notre réserve de luxe. On se devait de trouver une solution. Nous allons donner sa chance au jeune Alessi Massart. Nous avons fait venir un joueur iranien (NdlR : Noroozi) mais il ne peut quitter son pays pour l’instant."


Un top 6 dans le viseur pour Vedrinamur

Pas de folie dans les rangs de Vedrinamur, où l’on va repartir avec le même trio que la saison dernière. Le coach, Luc Cabrera, va faire confiance à sa jeunesse. " Nous avons toujours Frédéric Sonnet pour emmener nos jeunes. On va de toute façon essayer d’aller chercher les points pour se rassurer le plus vite et, si tout va bien, on peut par la suite viser un peu plus haut, et là je pense à une place dans le top 6. Mais le niveau de cette saison est plus fort. Tout dépendra de l’évolution de nos deux jeunes."


Le maintien possible pour l’EBS ?

Les joueurs d’Auvelais sont des spécialistes de l’ascenseur entre la N1 et la Superdivion. L’intérêt de cette saison serait d’aller chercher ce maintien. Pour se faire, l’EBS a transféré le russe Mikhail Efimov. Sera-ce suffisant pour le maintien ? Difficile à dire mais il est certain que les Marchal, Dobbelstein et Stapelle devront livrer une grosse saison pour espérer mettre des équipes comme l’Alpa Ixelles, Virton, Vedrinamur, Logis Auderghem ou Tiège derrière eux.