L'espoir namurois est soulagé de pouvoir continuer à faire du vélo et pense déjà aux épreuves de l'été, comme le Tour de Namur.

Troisième du DH Challenge Ekoï en 2019, pour sa deuxième année chez les espoirs, le prometteur Tom Van Vuchelen était logiquement attendu au tournant en 2020. Le puncheur de Wierde doit être cette année un des leaders de la nouvelle génération. Mais il est à l’arrêt. Comme tous les coureurs. Des cadets aux pros. Et il ne peut pas faire ses preuves, il ne peut pas aller chercher des victoires et des résultats pour montrer ce qu’il vaut.

"C’est effectivement compliqué actuellement pour tout le monde", commente le coureur de la formation continentale Bingoal-Wallonie Bruxelles Development Team. "Mais je me console en me disant que nous sommes tous dans le même cas… Et je suis lucide. Cela doit être plus compliqué pour les pros qui sont en fin de contrat, qui ont une famille à nourrir, et qui ne peuvent pas faire leurs preuves… Moi, pour l’instant, le vélo reste un loisir. Même si je veux en faire mon métier."

Dans ce contexte difficile, l’annonce du gouvernement belge par rapport à l’autorisation de continuer à faire du sport à l’extérieur, en solo ou en duo avec un ami, a été pris comme un énorme soulagement pour les coureurs. "C’est vraiment une super nouvelle", sourit Tom Van Vuchelen. "Nous avons tous craint un scénario comme en Italie, en Espagne ou ailleurs. On voit sur les réseaux sociaux énormément de cyclistes dans ces pays qui font du rouleau à domicile… Nous, on a la chance de pouvoir continuer à faire du vélo à l’extérieur. On en profite. Tout en étant hyper consciencieux. On ne roule pas un groupe. Je roule seul ou à deux. Cela permet de maintenir la condition."

Car il sait que la reprise sera super importante. "Et elle va être intense : nous aurons peu de temps pour aller chercher des résultats", ajoute-t-il. "Nous aurons tous trois ou quatre mois pour réussir notre saison… Mais il reste de belles épreuves en été. Le Tour de Namur me motive logiquement beaucoup…"