Namur Namur, qui n’a pas été entendu par le parquet de la fédération, jouera en N2.

L’actualité a été chargée en fin de semaine au Namur Volley. Le club a d’abord appris du parquet de la Fédération que l’appel de Lessines auquel il s’était joint pour contester le règlement sur le nombre de descendants n’a pas été entendu. Namur (11e de Ligue B) et Lessines (12e et lanterne rouge) évolueront donc bien en N2 Dames la saison prochaine.

"Je m’y attendais quand même", commente l’entraîneur de Namur Volley Dominique Colin. "La Fédération belge est dirigée par les néerlandophones. Deux clubs francophones étant requérants, je subodorais l’issue des débats. Volley Belgium est tout à fait en tort dans la manière dont les règlements ont été édités. Cela a été fait en décembre, alors que ça aurait dû être fait en septembre."

C’est un coup dur pour le club, mais l’envie de rebondir est là. "Tout à fait. Il faut souligner l’attitude de mes filles. La Ligue B est un monde fermé et quand une équipe descend, on reçoit vite des propositions. Ici, sans qu’on leur demande quoi que ce soit, les filles ont déclaré que ce qui arrivait était de leur faute et le groupe a décidé de rester."

Une honorable attitude, mais le noyau va tout de même évoluer. Tournay revient d’une année passée à Farciennes, en Ligue A. Deux jeunes du club font leur entrée dans le noyau : Renardy (16 ans) et Rondiat (15 ans), cette dernière arrivant en remplacement de Romily, qui rejoint l’équipe B. De son côté, Moens va intégrer la troisième équipe du club. On enregistre trois autres départs : Gondry met un terme à sa carrière mais reste affiliée, Chavanne file à Bouillon et Ces n’est pas reconduite.

À noter qu’Evrard ne jouera plus qu’en équipe A vu sa double affiliation avec Charleroi, et Laforge (de Lessines) décline finalement l’offre vu la descente de Namur.

Du coup, Namur Volley a des ambitions et a la volonté de remonter directement en Ligue B. "Ok, on est favori mais en sport, il n’y a jamais rien d’écrit. On a des joueuses du niveau de la Ligue B mais personne n’est à l’abri d’une blessure, par exemple. Il faudra être très sérieux."