Le coronavirus a touché tous les sports. Le monde du VTT n’a pas été épargné par la pandémie. "Avant le confinement, je n’ai fait que deux courses…", détaille Théo Demarcin, qui vit sa première saison chez les juniors. Mais malgré cette année privée de nombreuses compétitions, le vététiste de Malonne a pu vivre de très belles expériences. Il a en effet été appelé en équipe nationale. Participant aux manches de Coupe du Monde Gstaad, en Suisse. Et en France, sur les pentes de l’Alpe d’Huez.

"Et, ces dernières semaines, j’ai réussi à prendre mes premiers points UCI", poursuit cet affilié au club des Superbikers. "En terminant septième à Beringen, sur une manche des 3 Nations Cup. Et en finissant à cette même place le week-end dernier aux Pays-Bas, sur une autre manche des 3 Nations Cup. J’ai pris à chaque fois huit points."

Il en compte donc seize. Ce qui lui permet d’être désormais classé au 287e rang du classement UCI, celui de l’Union Cycliste Internationale, faisant un bond de 113 places. Le vététiste namurois est le sixième Belge dans la hiérarchie mondiale. "Je suis vraiment content d’avoir su prendre des points UCI, c’est important pour les positions de départ, et c’est aussi une très bonne chose en vue de la saison prochaine."

Qu’espère-t-il désormais pour la fin de la saison ? "Profiter des épreuves qui restent", répond-il. "J’ai bien mis à profit le confinement pour m’entraîner sérieusement. Nous pouvions rouler … comme des pros ! Maintenant, je serai sur une autre course UCI ce week-end aux Pays-Bas, j’espère aller à la manche de Coupe du Monde de Nove Mesto et décrocher d’autres sélections en équipe nationale. Notamment pour le Championnat d’Europe et peut-être pour celui du Monde."