Kenny Verstraeten à Beloeil pour "retrouver le plaisir et gagner"

Ex-capitaine de Mons, Kenny Verstraeten veut aider Belœil à aller chercher le titre en P1.

Kenny Verstraeten à Beloeil pour "retrouver le plaisir et gagner"
©Ferriol

La RUS Belœil réaffirme un peu plus ses prétentions en P1 avec l’arrivée de l’ex-capitaine montois Kenny Verstraeten.

À 29 ans, l'intéressé devait quitter Mons pour le Symphorinois. Un accord avait d'ailleurs été trouvé. "Quand j'ai eu mes premiers contacts avec le Symphorinois, Frédéric Hinnens était encore le président du club, souligne Kenny. Je savais qu'il était fort possible qu'il parte et c'est ce qui est arrivé. La donne a changé dans la mesure où ce qui m'avait été proposé n'était plus en vigueur après le départ du président. Le club m'a refait une proposition. Je ne l'ai pas acceptée. C'est alors que Belœil m'a contacté."

Kenny ne débarque pas en terre inconnue à Belœil. Il connaît non seulement le coach, Chemcedine El Araïchi, mais également les autres membres du staff ainsi que de nombreux joueurs. "J'ai eu Chem comme partenaire en D2 aux Francs Borains et je l'ai eu ensuite comme T2 à Mons. J'ai également déjà côtoyé Romain Ledoux et Christophe André, qui font partie du staff de Belœil. Et je connais une grande majorité des joueurs comme Wantiez, Lericque, Lesage, Garcia Rendon ou encore Beugnies."

Certes, Kenny passe de la D3 à la P1 mais il ne considère pas vraiment cette étape comme un pas en arrière, au contraire.

"Belœil s’appuiera sur un gros noyau avec des garçons ayant évolué plus haut et qui ont le niveau de la D3. Je crois que j’aurais eu plus de chances de partir avec le statut de titulaire au Symphorinois qu’à Belœil."

Kenny a été engagé pour apporter de la concurrence sur le flanc droit. "Le coach m'a expliqué qu'il y avait déjà Alan Lericque et Melvin Romano. Il voulait doubler, voire tripler les postes à tous les niveaux, ce qui veut dire qu'il faudra se battre pour avoir sa place, moi y compris. C'est un beau défi. Belœil espère décrocher le titre. Alors oui, sur papier, je descends d'un échelon, mais je veux aussi reprendre du plaisir, ce qui me manquait un peu ces derniers temps."

Kenny va aussi apporter son vécu et sa bonne mentalité. "Je suis quelqu'un qui veut gagner mais qui sait aussi mettre de l'humour dans sa manière d'aborder les choses. J'aime prendre soin des autres peut-être plus que de moi-même. À Mons, j'ai été capitaine à l'âge de 28 ans en évoluant avec des gars qui ont connu le haut niveau et qui auraient pu revendiquer le brassard, ce qui veut dire que j'affiche une mentalité correcte, entre plaisir, écoute et volonté de gagner."

À Belœil, Kenny Verstraeten devrait avoir souvent l’occasion de gagner, du moins si la mayonnaise prend, comme on dit.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be