Ça roule fort… à pied pour Pierre Goebeert

Après avoir rangé son vélo, le Gaurinois s’est mis avec succès à la course à pied et au trail.

Geoffrey Devaux
Beau début d'année pour Pierre Goebeert.
Beau début d'année pour Pierre Goebeert. ©D.R.

Début d’année tonitruant pour Pierre Goebeert. À bientôt 26 ans, l’ancien coureur cycliste s’est reconverti avec bonheur à la course à pied et au trail. Il vient ainsi de remporter successivement le trail des Serres à Saint-Sauveur et celui des Chapelles à Templeuve, à chaque fois sur la plus courte distance (10 et 11 km).

Une reconversion réussie qui constitue en réalité un retour aux sources pour Pierre. “J’ai pratiqué le vélo dès l’âge de 8 ans mais avant ça, comme mon papa faisait de la course à pied, il m’emmenait avec lui disputer les épreuves du challenge des jeunes. C’est de cette manière que j’ai commencé à courir.”

Après sa décision de stopper le vélo, Pierre Goebeert est resté plusieurs mois sans faire de sport. Mais les fourmis ont vite fait leur réapparition dans ses jambes et il s’est alors remis à la course à pied. “J’en faisais quand même régulièrement pendant les trêves dans le cyclisme pour garder le rythme”, se souvient-il.

Début 2022, il a remis les pieds sur le bitume en participant aux manches de l’ACRHO. “J’avais conservé la morphologie d’un coureur cycliste et pour courir à pied, ce n’était pas évident au niveau des appuis, des chevilles, des genoux et du dos. J’ai d’ailleurs eu quelques pépins physiques qui m’ont mis sur la touche pendant deux ou trois mois l’an dernier. Maintenant, ça va mieux mais j’essaie quand même de ne pas trop en faire, de bien doser mes efforts.”

"J'aimerais faire un top 10 au général de l'ACRHO"

Avec des amis, Pierre est même à l’origine de la création d’un club : le RCAG, lisez running-club d’Anseroeul-Gaurain. “À la base, papa, qui est originaire de Gaurain, courait avec un copain d’Anseroeul. Comme j’ai recommencé par des courses off avec quelques amis qui sont venus se greffer, nous avons décidé de baptiser le club du nom des deux villages. Depuis, d’autres joggeurs rencontrés sur l’ACRHO ont demandé à nous rejoindre et nous sommes aujourd’hui 18 ou 19 membres. Ce n’est pas du tout un club fermé.”

Pendant cette trêve hivernale, Pierre a pris goût au trail, discipline très exigeante elle aussi. “Du temps où j’étais coureur cycliste, j’aimais bien faire du cyclo-cross. Le trail, c’est un peu ça, quelque chose de très complet. Avec les copains, on s’entraîne autour du Mont-Saint-Aubert. Nous serons ainsi plusieurs au départ du trail des poètes dans dix jours.”

Pierre court surtout pour le plaisir en espérant ne pas se blesser, ce qui ne l’empêche pas de se fixer des objectifs. “L’an dernier, j’ai pensé à un moment finir dans le top 20 de l’ACRHO et au final, j’ai terminé onzième alors que j’ai été blessé. Cette année, j’aimerais intégrer le top 10. En termes de chronos, je n’ai pas d’objectif précis. Avant tout, je veux me faire plaisir.”

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be