Tournai-Ath-Mouscron Huit heures sonnantes au clocher de l'église d'Estaimbourg. Quatre cents concurrents s'élancent pour 42 kilomètres de course à travers la compagne estaimpuisienne battue par le vent.
Au premier rang de cet impressionnant peloton, Sébastien Mahia a encore de petits yeux. Il faut dire qu'il s'est levé à 5 heures du matin pour prendre la route en direction du Hainaut occidental.
" Comme à mon habitude, c'est la veille que je me suis décidé à solliciter les organisateurs pour m'assurer qu'il était toujours possible de s'inscrire sur place le lendemain. Et à ma grande surprise,  j'ai reçu pour toute réponse une invitation à prendre le départ" explique, avec étonnement le plus fantasque des coureurs Namurois. " Alors ce matin, il fallait que je tienne mon rang et me fasse violence pour sortir un chrono sur un marathon plutôt plat" poursuit Mahia, tout de jaune et de noir vêtu.
L'opposition ne sera certes pas au rendez-vous, car après 3 kilomètres seulement le seul concurrent qui avait essayé de lui emboîter le pas explose. 
Sébastien Mahia est parti pour 39 bornes en solitaire. 
" On m'avait promis un parcours sans difficultés, mais avec les caprices d'Éole, on est finalement loin du compte.  Ce qui ne m'empêche pas, avec ce chrono de 2 heures 38 minutes et 27 secondes, de réaliser ma deuxième meilleure performance sur marathon" analyse le vainqueur en surpuissance.
© B.Veys

Sébastien Mahia survole en effet cette première édition de l'e-patch Marathon d'Estaimpuis avec insolence au niveau du chrono, mais en gardant une modestie coutumière à l'égard de ses adversaires. 
" J'ai quand même dû attendre douze minutes pour congratuler Thomas Benoît, un Brabançon que je cotoie régulièrement en course" conclut celui qui s'est fait autant remarquer par sa performance sur la route que par le déguisement de circonstance qu'il a revêtu pour rejoindre sur le podium Vincent Cantreul, le premier régional de l'étape, originaire de Popuelles, et auteur d'un chrono de 2 heures 52 minutes et  29 secondes.