“Éric s’est affilié et a déjà joué dix minutes en amical mais pas d’emballement. Bien sûr, son arrivée peut faire jaser mais il fêtera quand même cet automne ses 52 printemps. S’il est venu, c’est parce que nous le connaissons, mais il ne jouera pas tous les matches et il ne faut pas s’attendre à voir tout d’un coup la JSE jouer le titre, restons calmes ! ”, sourit le président enghiennois Pascal Raes.

On l’a compris, le meilleur de la carrière du géant belge, et pas qu’en taille, est loin derrière. Il n’empêche que les pivots de P3 attendront impatiemment le jour où ils pourront éventuellement croiser le fer avec Éric Struelens. Imaginez un peu un Flo Boudry planter ses tirs base-line devant l’ancien du Real, un Christophe Payen jouer ses un-contre-un contre le double MVP du championnat belge… Avouez que cela ne manquera pas de piment.

On suivra d’un œil avisé les performances du BBC Leuze, puisque les pensionnaires de la Leuz’Arena ne cachent pas leurs ambitions à un moyen terme. Certes, on ne les entendra pas fanfaronner ou afficher ouvertement des objectifs démesurés, mais le club bosse en tout cas pour arriver un jour en P2. Sont ainsi arrivés cet été les frères Raulier (Saint-Ghislain) et Quentin Catoire (Frat).

“On veut construire pas à pas et la moyenne d’âge de l’équipe ne dépasse d’ailleurs pas les 23 ans. Il est vrai que nous viserons le plus haut possible dans le classement mais sans la moindre pression. Le club a plutôt une vision sur le long terme, avec des jeunes formés chez nous ”
, souligne Rudy Balcaen.

Les autres équipes A que sont Péruwelz et Ellignies devraient viser le ventre mou tandis que des Templeuve B ou Dottignies B chercheront d’abord à s’amuser, pendant qu’Estaimpuis et Maffle feront grandir leurs jeunes