Il ne fallait pas être en retard pour voir Kevin Flamme passer sur les routes de Kain ce week-end. Pour son retour sur le challenge ACRHO, il a fait des étincelles, s’imposant avec près de trois minutes d’avance sur son plus proche poursuivant au terme des 12 kilomètres.

"Je connaissais le parcours mais je ne pensais quand même pas tourner à une moyenne de 3.28, indique Kevin. Je sais que je suis en forme. Je m’entraîne beaucoup mais je n’envisageais pas de réaliser un tel chrono. Je n’avais pas de moyenne en tête. J’y allais plutôt à la sensation. Après 300 mètres, j’ai vu que ça n’avançait pas beaucoup et j’ai décidé de partir. Il y avait des passages plus costauds, comme dans le bois, mais j’ai réussi à maintenir mon allure. Bien sûr, les gros bras n’étaient pas là. Il faut dire qu’il y avait de la concurrence avec le semi de Mons et aussi les championnats de Belgique de 10 kilomètres, mais je ne vais pas bouder mon plaisir. Les absents ont toujours tort."

Autre méthode

Depuis maintenant 2018, Kevin Flamme est pris en charge par Running Safe, la structure des frères Denays. "Pierre m’a donné beaucoup de conseils pour que je progresse. C’est grâce à lui si j’ai atteint ce niveau. J’ai beaucoup travaillé au niveau de ma VMA et je cours désormais énormément au seuil lors des séances d’entraînement. C’est Laurent Denays qui m’a fait passer mon test lactique. Auparavant, je courais en moyenne 50 à 60 kilomètres par semaine. Aujourd’hui, je fais entre 80 et 100 kilomètres mais toujours par rapport au seuil et donc, je me fatigue moins et j’emmagasine de l’énergie sans me mettre dans le rouge. Je vois la différence."

Kevin, qui court aussi sous les couleurs de Vieux-Condé en France, n’a pas spécialement coché de cases sur son agenda mais la saison de cross qui se profile lui donne des fourmis dans les jambes. Ça tombe bien, les fourmis picotent dans le bons sens chez Kevin en ce moment…

Prochain rendez-vous de l’ACRHO ce samedi 16 pour le cross de masse de la Rusta.