A bientôt 37 ans, Geoffrey Coudou a toujours faim de football. Il faut dire que le portier a du temps à rattraper, lui qui a été ennuyé pendant plusieurs saisons par son genou après le sacre en P2 avec la Montkainoise en 2016.

C’est désormais sous les couleurs d’Estaimbourg que Geoffrey poursuivra l’aventure. Un choix qui n’a rien de surprenant puisqu’il a déjà évolué à l’AC. "On peut dire que j’attendais le coup de fil d’Estaimbourg", assure-t-il. "Avant le Covid, j’évoluais à Obigies, mon village d’origine. Ici, je reviens à Estaimbourg, un club que je connais bien. C’est parfait pour moi. Thomas Pitot souhaitait faire un break pour profiter de sa famille et le club m’a contacté. J’aurai du temps de jeu, ce qui ne gâche rien."

Geoffrey Coudou entend donc passer de bons moments à Estaimbourg, dont le noyau ne changera pas beaucoup. "L’objectif sera de livrer une belle saison, d’être bien installé dans la colonne de gauche. Nous possédons un chouette groupe. Estaimbourg n’a pas pour but de remonter absolument en P1. Encore une fois, viser une belle place côté gauche me semble réaliste."

Le gardien souhaite aussi être épargné par la poisse, et par son genou surtout. "Depuis deux ans, ça va beaucoup mieux. Maintenant, après une aussi longue interruption, tout le monde devra se remettre à niveau et éliminer les excès, c’est sûr. Il faudra se réhabituer à aller s’entraîner deux fois par semaine. En même temps, le foot nous manque, notamment le fait de se réunir entre potes et de boire un verre."

Lorsqu’il regarde dans le rétroviseur, et même si sa carrière n’est pas encore terminée, Geoffrey Coudou retient deux grands moments. "La montée de P2 en P1 avec la Montkainoise, bien sûr. C’est le seul titre de champion pour moi. J’ai aussi vécu une autre montée de P2 en P1 avec Helchin dans les séries flandriennes via le tour final. Un très bon moment également."

Il espère encore en vivre d’autres.