C’était pourtant un match à ne pas perdre contre la formation réputée être la plus faible de ce tour final. 

Mais Tournai, dont l’entraîneur Luc Vercauteren était contraint de suivre le match des tribunes, a échoué. Faillite collective au sein d’un groupe où personne n’a vraiment évolué à son niveau, voire, parfois, bien en deça (25-26)

L’Estu avait pourtant marqué le coup dès l’entame. Le 2-0 enregistré après 2’50 allait être la dernière occasion de voir les locaux se trouver en tête au marquoir. A cette entame correcte allait succéder un festival de mauvaises passes, de choix peu judicieux, de balles perdues, de tirs mal cadrés.

Merksem n’en attendait pas autant. Les Limbourgeois, déterminés allaient prendre quatre unités d’avance après un quart d’heure, voire cinq à la 21e. Les Hennuyers occidentaux revinrent cependant à 12-14 à la pause.

Mais, d’entame, en seconde période, un pénalty a permis à Merksem de reprendre un peu d’air. La suite allait être pénible pour les Tournaisiens qui revinrent plusieurs fois à une unité sans jamais parvenir à franchir le cap. A 25-26, à 29’54, le dernier espoir d’arracher un point vint d’un pénalty non converti.

Merksem exultait. A l’Estu, tout le monde se prenait à raison la tête entre les mains. Tant la défense que l’attaque avaient offert la victoire sur un plateau d’argent aux Limbourgeois.


Réactions

  • Jérémy Deltombe (T1 ff): "Dire que Luc Vercauteren était aussi fâché que la mer était démontée lors du passage de la tempête Ciara relève du doux euphémisme. Son substitut, Jérémy Deltombe digérait plus calmement sur le banc: “On n’a jamais réussi à revenir après un début catastrophique. On est pourtant plus fort en deuxième mi-temps mais on rate énormément d’occasions. Il y a toujours eu l’un ou l’autre joueur qui a commis l’erreur à ne pas commettre. C’est bizarre quand on voit la bonne tenue de l’équipe lors du dernier entraînement, notamment.”
  • Adrien Voglaire: “C’est compliqué à débriefer comme match. On jouait contre ce qui est à mon avis l’équipe la plus faible du tour final mais pendant soixante minutes, on joue un jeu dangereux. On se met au niveau de notre rival qui a finalement mieux joué que nous. Franchement, si on avait gagné, c’aurait été un hold-up. Comment revendiquer le succès alors qu’on prend quatorze buts en première mi-temps.On n’a vraiment pas su montrer ce qu’on est capable de faire.”
  • Jérémy Gaulin: “C’est une grosse défaite qui nous coûte un joker si tant est qu’on en avait un. Maintenant, nous sommes contraints au sans-faute. On a péché en jouant n’importe comment en première mi-temps. En défense, on les a caressés. Et en attaque on a trop voulu jouer sur certains joueurs qui ont été ciblés par l’adversaire. Il y a un problème de collectif et une remise en question individuelle à faire par chacun. Mercredi, en demi-finale de Coupe, on aura la chance d’avoir un bon match de préparation avant Houthalen contre lequel on ne peut pas se rater.”
  • Bastien De Cocker, qui souffre toujours à la hanche: “On n’est jamais rentré dans le match. La seule issue positive pour nous à cette rencontre, c’était un hold-up. Pourtant, notre niveau est supérieur à celui de Merksem. Mais on n’y a pas mis l’engagement minimum. Il n’y avait pas assez de monde pour prendre le match par le bon bout. Je crois qu’on joue un peu frustré, avec la peur au ventre. Certains se mettent peut-être déjà trop de pression.”