Un deuxième tour chargé pour les Tournaisiens.

Fin 2019, l’Estudiantes Tournai a achevé la phase classique du championnat de Nationale 1 à la troisième place et s’est octroyé le droit de participer aux play-offs livrant un possible accès à la BENE League. Ces play-offs se dérouleront en un double aller-retour entre les quatre premiers qui se seront vu octroyer des bonus : Houthalen (4 points), Courtrai (3 points), Tournai (2 points) et Merksem (1 point).

Trois déplacements pour commencer

Le 9 mai, les dés seront jetés au terme d’un derby contre le plus proche adversaire, Apolloon Courtrai.

Tournai débutera donc (suite à une inversion de match avec Courtrai) par trois déplacements. C’est dire que le mois de février sera déterminant pour une formation qui devrait, progressivement, se produire avec l’ensemble de ses joueurs, sortis de maladie ou de blessure.

Quel favori ?

Depuis le début de la saison, Tournai est désigné comme étant "sur le papier" la meilleure équipe de la N1. Il a failli à certains moments et même évité les play-downs de justesse aiu terme de la dernière journée. Ses adversaires, globalement, le citent toujours comme favori pour la montée. Avec quelles ambitions de leur côté ?

A Houthalen (vainqueur de la phase classique et néo-promu), le chemin a déjà été accompli : "Notre objectif, explique le secrétaire Eddy Reuvers, était, d’abord, de nous sauver. Nous allons maintenant commencer les play-offs en tête. Rien n’est impératif, tout est permis. Il est important de ne pas rater le début car aucune des quatre équipes n’est facile. Et si nous sommes champions, on réfléchira : en avons-nous les moyens financiers, pouvons-nous modifier profondément l’équipe et nous renforcer sérieusement et quelles sont les conditions que la BENE League nous impose pour accéder au niveau supérieur…"

Du côté de Courtrai, le coach Koen Nel fixe des objectifs sportivement séduisants : "Comme toujours, développer un handball attractif et rapide, introduire des jeunes dans l’équipe et augmenter la popularité du hand dans notre ville." La montée ? "Atomix nous a prouvé que la différence entre la BENE League et la N1 était très grande. Mais rien n’est impossible."

Merksem est plus obscur : "On verra, condède le président Guido Hens. Les matches décideront de notre sort. Il nous faudra, d’abord, vaincre le stress. Nous travaillons très fort pour gagner comme le fait certainement l’Estudiantes qui est notre favori."

Chez les Tournaisiens

Si le conseil d’administration tournaisien avec Laurent Vanden Brande à sa tête se montre volontariste avant d’aborder ces play-offs, il en va de même des joueurs qui ont pris conscience du fossé qui sépare le "on peut le faire" du "on va le faire".

Corentin Chantry : "Nous pouvons y arriver. Mais on commence avec trois déplacements où on ne peut pas se louper. C’est là qu’il faudra se mettre en confiance. Si tout le monde est à son niveau et joue collectivement (non individuellement), tout est possible. Samedi, contre Nelo et Villeneuve, on a vu de belles choses qui prouvent qu’on peut s’adapter aux meilleurs. Je crains juste Houthalen et Courtrai pour son gros mental. Après nos trois premiers matches, on doit être à égalité avec Houthalent en tête ; ensuite, on lâchera tout…"

Merlin Rosier : "Fin février, on peut tout avoir perdu ; le mois sera décisif. Notre force et… notre faiblesse est de pouvoir gagner ou de perdre contre tout le monde. Il faudra du collectif dans notre jeu ; une attitude de groupe à fond. S’il y a des lacunes, on les compensera si on est soudés."

Aurélien Lorio : "Si tout le monde est à son niveau, ça va être bien. Jouer pour se maintenir ou pour le titre est différent : pour être champion, il faudra plus de rigueur, d’abnégation et de travail. On ne doit pas penser à nous mais au club, aux supporters, aux jeunes…"

Bastien De Cocker : "Si on continue à travailler comme maintenant, le titre est possible. Tout en restant modestes, parce que les autres se préparent aussi. Samedi contre Nelo et Villeneuve, on a montré qu’il y avait eu un déclic chez certains. Il faut rester sur cette dynamique intéressante. Et oublier l’individuel pour privilégier le collectif."

La Première LFH à domicile

Samedi, à 18h, la Première LFH disputera un match important contre Tubize qui le suit à quatre points au classement. Rappelons qu’à cinq rencontres de la fin de la phase classique, la deuxième formation de l’Estu n’a plus de droit à l’erreur si elle entend disputer les play-offs.