Tournai-Ath-Mouscron Martine Heyse disputait pour la première fois les 20 km de Bruxelles. En hommage à son fils.

Arnaud Demasy est décédé inopinément à son domicile de Roucourt le 28 avril dernier. Animateur à la commune de Péruwelz et bien connu dans le milieu sportif, il avait 42 ans.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il était pourtant au départ des 20 km de Bruxelles ce dimanche, et il a terminé l’épreuve en 2 h 26 ! Martine, sa maman, portait deux dossards : le sien, bien sûr, mais aussi celui d’Arnaud.

Martine Heyse fête ses 60 ans ce mardi. Pour célébrer cet anniversaire, elle avait décidé il y a quelques mois de prendre part pour la première fois aux 20 km de Bruxelles. Plusieurs membres de la famille ainsi que des amis avaient choisi de l’accompagner.

"Comme je fêtais mes 60 ans et qu’il s’agissait de la 40e édition des 20 km, c’était l’occasion, d’autant plus que cette année, au moment de la course, je n’étais pas retenue par mon travail. Arnaud était motivé par ce défi. Il tenait vraiment à être à mes côtés à Bruxelles. Il en parlait à tout le monde. C’était devenu son challenge."

Le sort en a décidé autrement, mais il était inimaginable pour Martine de renoncer. "Ce jogging, il avait décidé de le faire pour moi. Alors, je l’ai fait pour lui. "

Sur la ligne de départ, évidemment, l’émotion était à son paroxysme. Dur, ce moment. Très dur. Mais l’équipe des "60 ans de Tinie" était bien là (Tinie, c’est ainsi que ses proches appellent Martine). Avec Arnaud. Chaque membre avait mis son dossard et enfilé son t-shirt sur lequel figure une photo de Martine avec son fils . "C’était très émouvant. Nous étions neuf à courir, sans oublier les accompagnateurs", précise Martine Heyse.

Ce mardi, Arnaud aura à coup sûr une pensée pour sa maman. Elle le sait.


Une seconde devant sa maman !

La préparation de Martine a bien évidemment été stoppée par la disparition de son fils. Dès lors, le temps final importait peu.

“Nous avons tous fini ensemble, à neuf, en 2 h 26, indique Martine Heyse. J’avais donc le dossard d’Arnaud aussi et il est passé une seconde avant le mien sur la ligne d’arrivée ! Il faisait un temps de chien avant le départ puis, vers 9 h 50, la pluie a ralenti. Ensuite, pendant toute la course, nous avons eu du soleil. Incroyable. C’était un signe. En montant l’avenue de Tervuren, j’ai eu un petit coup de mou. J’ai même eu l’impression que je n’allais pas arriver au bout de la course mais j’y suis parvenue. Nous nous sommes pris par la main, tous, au moment de franchir la ligne. Avec beaucoup d’émotion, bien entendu. Et j’ai offert la médaille d’Arnaud à son épouse. Elle lui revenait tout logiquement.”