Derrière l’autoritaire leader luingnois, Isières constitue la bonne surprise en P2A. Mais la 2e place actuelle de ses hommes n’incite pas Johan Devos à planer.

"La série est tellement serrée qu’on peut se retrouver à la sixième place en deux semaines. Nous avons d’ailleurs un programme ardu avec des déplacements à Anvaing et à Templeuve. Mais bon, on se prend au jeu et l’objectif sera de rester avec ce peloton. Un trou se creuse par rapport à la deuxième moitié du tableau et nous serons, selon moi, sept équipes pour quatre places."

C’est donc qu’Isières pense au tour final, alors que les prétentions n’étaient sans doute pas de cet acabit en début de saison. "Pas du tout, c’est vrai. Par rapport aux saisons précédentes, le groupe est resté quasi identique et les dirigeants et moi sommes agréablement surpris, même si nous savions qu’il y avait de la qualité dans le groupe. Nous possédons un gros mental, un gros collectif et nous nous sommes montrés réguliers, même si nous avons eu un petit passage à vide après un bon départ."

Stabilité défensive

Depuis plusieurs semaines, Isières aligne les bons résultats. Johan Devos entrevoit plusieurs facteurs positifs. "Déjà, nous avons trouvé une véritable stabilité défensive. Et puis, nous récupérons les blessés. Cette semaine, nous avons tourné avec une moyenne de 19 gars aux entraînements. Il y a de la concurrence."

Aucune pression ne sera mise sur les joueurs. "On voulait passer une saison tranquille, si possible dans la colonne de gauche. Nous y serons. Maintenant, si on peut atteindre le tour final."

Et pourquoi ne pas titiller Luingne ? Johan Devos pense que ce sera tout de même difficile. "Ils sont très costauds dans toutes les lignes. En plus, avec ses infrastructures, je crois que Luingne est le club le mieux armé pour aller en P1. Mais bon, Luingne doit jouer la REAL et Anvaing en décembre et n’aura pas un calendrier facile non plus en janvier. On y verra plus clair dans quatre matchs, mais il me semble difficile d’aller reboucher 8 ou 9 points d’écart."