Tournai-Ath-Mouscron La triathlète est devenue championne francophone sur demi-distance.

Kelly Decaluwé avait fait des ½ triathlons un de ses objectifs de cette saison 2019. Et l’athlète du TRIGT est, façon de parler, dans les temps puisqu’elle s’est alignée dernièrement au triathlon demi-distance (1900 m-90 km-21 km) à Eupen, avec une troisième place finale à la clé qui lui octroie le titre de championne francophone.

Pourtant , pour Kelly, cette course n’aura pas constitué une partie de plaisir, loin de là. "Je souffre d’une épicondylite depuis la mi-juillet. Je ne partais pas dans de très bonnes conditions puisque j’ai aussi été malade et que j’avais des séances d’entraînement à rattraper. En réalité, je n’avais pas vraiment d’objectifs précis sur cette épreuve, explique-t-elle. J’ai pu gérer la partie natation du début à la fin sans problème, même si au début nous partions avec les hommes et qu’il fallait donc jouer des coudes. Mais sur le vélo, ça s’est avéré plus compliqué que prévu. Pendant les 50 premiers kilomètres, la douleur au coude était gérable… Mais ensuite, c’est devenu plus douloureux."

Alors qu’elle était sortie de l’eau en tête, Kelly a vu deux concurrentes revenir puis la dépasser. Et la douleur était fort présente. En guerrière qu’elle est, Kelly a tout de même poursuivi son effort et s’est arrachée, se battant contre elle-même. Mais encore une fois, elle a souffert.

"Dans la partie course à pied, j’avais les jambes mais ayant pris une position inconfortable à vélo pour essayer de soulager ma douleur, j’ai fait pire que mieux et donc il m’était impossible de courir correctement car j’avais mal à l’épaule et au coude. Mais j’ai finalement pu maintenir ma troisième place et je suis championne francophone. Il y a donc du bon à retirer de cette expérience. Je me dis que je n’ai pas été victime de mon manque d’entraînement mais tout simplement d’une blessure."

À noter que les équipes du TRIGT seront en lice ce week-end à Weiswampach et le week-end suivant à Viersel pour les T3 series, avec la ferme intention de redresser la barre après la déconvenue subie à Anvers lors de la manche précédente. "Nous y avons perdu notre deuxième place au général mais il reste au total trois manches, dont la finale à Lille. Notre but est de revenir le plus près possible de la tête", signale Jacques Naveau.