Ath menait 2-0 face à Tertre avant de courir après le score (3-3.

Si le Pays Vert a finalement pris un point face à Tertre, c’est grâce à un penalty accordé à 30 minutes de la fin du match. Avant d’être menés 2-3 au score, les hommes de Fabrice Milone avaient pourtant, une nouvelle fois, tout en mains pour prendre les trois points. "On mène 2-0 après un quart d’heure de jeu. Là, on se dit qu’avec ce score, la victoire est presque acquise. Notre jeu était fluide et je sentais le groupe appliqué. Quelques minutes plus tard, on manque de tripler la marque " explique le T1 Athois.

Et là, le Pays Vert est retombé dans ses travers face au promu de la RUSGTH qui n’aura jamais rien lâché pour revenir au score. Un match qui ressemblait étrangement au nul face à Ganshoren "Notre gros souci cette saison, c’est la gestion. C’est vraiment compliqué pour nous de garder notre avantage. Nous avons toujours ce besoin de se mettre dans des situations délicates. Je ne sais pas d’où vient ce problème mais il est trop récurrent cette saison", regrette Fabrice Milone.

Pire même, les locaux ont réussi à être menés au score en tout début de seconde période. "Le groupe a totalement perdu le fil du match. Au lieu de mener tranquillement 3-0, on se retrouve à être menés 2-3. Heureusement qu’il y a ce généreux penalty pour nous remettre dans le match à 30 minutes du terme de la rencontre."

Le Pays Vert aurait alors ensuite pu profiter de l’exclusion de Fassin 20 minutes avant la fin de la rencontre… mais non ! "On joue à 11 contre 10 et on ne parvient pas à profiter des espaces laissés par les adversaires. Je le répète mais il y a un gros problème de gestion dans ce groupe. On multiplie les mauvais choix et on est dégueulasses dans le jeu. Le pire, c’est que je ne sais même pas si je suis déçu avec ce point car la rencontre aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre."

Le calendrier s’annonce également compliqué puisque les Athois iront défier le RAQM au Tondreau et verront ensuite Walhain se déplacer sur leur terrain. "On joue toujours mieux face aux meilleures équipes", conclut un Fabrice Milone assez perplexe.