Tournai-Ath-Mouscron Fils de Serge et neveu de Marc, deux anciens pros, Robin Seynaeve est lui aussi dans les pelotons.

Venu de l’athlétisme, Robin Seynaeve avait fait une entrée remarquée en cyclisme ces dernières années. Ce Mouscronnois pédalait chez les cadets avec un maillot neutre, puisqu’il avait choisi de rouler en individuel. Et il était surtout parvenu à s’imposer deux fois, faisant résonner le nom Seynaeve dans les résultats.

Un nom bien connu dans le monde du vélo. Serge, son papa, a été pro dans les années 1980 chez Histor-Sigma et est aujourd’hui pilote moto pour des photographes et cameramen sur les courses World Tour et Marc, son oncle, a aussi été pro, également chez Histor-Sigman, notamment. "Cela fait longtemps que je voulais faire ce sport, mais mon papa ne souhaitait pas que je débute trop tôt dans le vélo", explique Robin, qui évolue cette année chez les juniors. "Il préférait que j’attende la catégorie des débutants et que je ne commence pas chez les aspirants. C’était sans doute un bon choix. Mais j’ai été très heureux de pouvoir prendre une licence chez les débutants. J’étais impatient !"

Ses débuts prometteurs, il les a confirmés cette année dans les pelotons des juniors, en allant chercher plusieurs tops 10, ce qui lui a permis de prendre ses premiers points au DH Challenge Ekoï. "Je suis content de mon adaptation à ma nouvelle catégorie", poursuit celui qui porte désormais le maillot de la formation de la Royale Pédale Saint-Martin Tournai. "Je sais encore faire la course dans le final. Je suis assez explosif et j’aime quand cela monte. Malheureusement, je suis à l’arrêt depuis un mois et demi. Il y a eu les examens, et puis je souffre d’une tendinite. Sur laquelle j’ai un peu forcé au début, raison pour laquelle je mets du temps à m’en remettre."

Quand espère-t-il faire son retour dans les pelotons ? "Sans doute en septembre", répond celui qui est actuellement en vacances, en France. "J’espère refaire des courses cette saison, pour continuer à prendre de l’expérience. Surtout en vue de l’an prochain, quand je serai en seconde année chez les juniors. Avec l’envie de découvrir de belles courses, car il y a déjà de grandes classiques dans notre calendrier."