Tournai-Ath-Mouscron Voici pourquoi Mouscron ne doit pas changer de nom et comment Péruwelz a pu obtenir une compensation.

Il y a quelques jours, Mouscron et Péruwelz ont trouvé un accord afin que le Royal Excel ne doive finalement pas changer de nom. Un fameux revirement de situation.

"Il s’agit d’un accord entre Mouscron et l’ASBL Royal Racing Club de Péruwelz puisque c’est cette ASBL qui avait négocié le rachat du matricule 216 par Mouscron, précise d’emblée Gianni Zanatta, le président du… Péruwelz Football Club (matricule 9540). L’ASBL RRCP est propriétaire des terrains et des infrastructures à la Verte Chasse. Le Péruwelz FC, lui, s’occupe uniquement du sportif. Tout est bien distinct. Je rappelle aussi au passage que si le club de Mouscron porte le nom de Royal, c’est grâce au RRC Péruwelz."

Si Mouscron avait changé de nom, Péruwelz n’aurait reçu aucune contribution financière. En appel, c’est ce qui avait été décidé par la justice. Mais au final, un accord "à l’amiable" a été trouvé entre les deux parties et Péruwelz percevra bien de l’argent.

"Le dédommagement reste loin de la somme que nous aurions pu espérer et cet aspect nous chagrine, reprend Gianni Zanatta. Mais nous avons accepté pour plusieurs raisons. D’abord, Mouscron se préparait à aller en cassation, ce qui veut dire que nous aurions pu au final tout perdre, sans compter que la procédure pour aller en cassation engendre des frais onéreux et que l’affaire aurait été rejugée en dehors de la région, ni à Tournai, ni à Mons. Bref, une procédure longue et fatigante, sans doute."

Péruwelz se préparait à faire appel à un huissier pour vérifier si les panneaux signalétiques, les maillots et autres symboles du club de Mouscron allaient bien être modifiés en y ajoutant la mention Péruwelz. "Et là encore, il aurait fallu composer avec les frais d’huissier. Nous avons pesé le pour et le contre et nous avons fini par trouver une solution qui arrange tout le monde."

Sans doute plus Mouscron que Péruwelz, qui a tout de même préféré obtenir un dédommagement plutôt que de risquer de se retrouver le bec dans l’eau en cas de jugement défavorable.

Certains diront que sans Péruwelz, il n’y aurait plus de foot de haut niveau à Mouscron. D’autres rétorqueront qu’il n’y a plus aujourd’hui aucun représentant péruwelzien dans la représentation du club mouscronnois et qu’il faut savoir tourner la page.


L’argent utilisé pour le synthétique ?

La somme perçue par Péruwelz, on parle de quelques dizaines de milliers d’euros, va mettre un peu de beurre dans les épinards. Elle pourrait être utilisée dans le cadre d’un projet qui est en train d’avancer du côté de la Verte Chasse : l’aménagement d’un terrain synthétique.

“Nous sommes occupés à réaliser les démarches, confie Gianni Zanatta. Le dossier n’a pas encore été introduit auprès d’Infrasports mais devrait l’être après les grandes vacances. Au niveau des calculs et des plans, nous avons mis quelqu’un sur le coup. Après, bien entendu, il faudra obtenir les subsides pour que le projet puisse réellement se concrétiser. Mais c’est notre souhait.”