Les dames d’Havinnes ont bien terminé l’année en battant Mons et finissent donc 2021 à la dixième place en D2 nationale. L’objectif maintien est encore loin d’être acquis mais Sandrine Van Herzeele et ses joueuses y croient.

"Il y a quatorze équipes dans la série et les cinq dernières descendent. Nous occupons actuellement la première place descendante, à six points du premier sauvé, indique Sandrine. Maintenant, en fin de saison, il y a souvent des équipes qui refusent de monter et les descendants sont de ce fait moins nombreux. Mais bon, nous ne devons pas tabler sur ce scénario mais au contraire tenter d’aller chercher cette neuvième place. Laissons déjà les quatre équipes actuelles derrière nous à distance."

Pour Sandrine, la première partie de saison est conforme aux attentes. L’équipe doit malgré tout gagner en constance. "C’est vrai qu’on a vu de bonnes choses, une amélioration dans le jeu. Quand on voit d’où on vient, c’est vraiment pas mal. Maintenant, il y a des rencontres lors desquelles nous sommes passées totalement à côté."

Pour accrocher le maintien, il faudra surtout veiller à prendre des points contre les concurrentes directes. "Nous n’avons pas été régulières contre les équipes à notre portée. Je repense par exemple à notre défaite contre Beveren et à notre nul face à Brakel, poursuit Sandrine. On marque assez peu et on encaisse parfois beaucoup trop, même si nous sommes parvenues à garder le zéro derrière à trois reprises."

L’infirmerie se vide

L’éclaircie pourrait aussi venir de l’infirmerie, qui se vide petit à petit. Une bonne nouvelle, d’autant que le noyau n’est pas extensible. "Nous allons sans doute récupérer nos trois ou quatre blessées à l’issue de la trêve", se réjouit Sandrine Van Herzeele.

De quoi aborder la dernière ligne droite avec confiance. "En janvier, nous reprendrons contre Zulte, le leader. Il ne faut pas trop attendre de ce match. Le suivant, contre Brakel, sera très important", souligne la T1.