Il faut du temps pour reconstruire quelque chose. Les dirigeants du HC Mouscron le savent parfaitement. Alors qu’ils tentent de donner un nouveau souffle à la structure depuis un an et demi, ils ont décidé de confier les rênes de l’équipe première au Français Lionel Lemaire.

“Je connaissais déjà le club car ma compagne vient de Mouscron. J’avais donc déjà un point d’attache dans la cité des Hurlus”, sourit le nouveau technicien.

Méconnu en Belgique, cet entraîneur de 59 ans est reconnu dans le Nord de la France pour son travail avec les jeunes. “C’est plus facile de gommer leurs imperfections à cet âge-là. Et quelle satisfaction de les voir progresser”, justifie-t-il.

Pourtant, le virus d’entraîner l’a envahi à peine quand il était adulte. “Il manquait un entraîneur dans mon club de Villeneuve d’Ascq. J’ai tout de suite accroché”, se souvient celui qui occupait le poste de gardien lors de sa carrière de joueur.

Il connaît son point culminant lors de son passage à Billy-Montigny, une petite ville du Pas-de-Calais. “Nous étions en N3 ce qui correspond à la troisième division française. Il y avait 2 poules : est et ouest. Du coup, nous allions jouer jusqu’à Pau ou Bordeaux. Nous partions dans deux camionnettes de neuf personnes le vendredi matin pour dormir sur place la veille du match. Le lendemain, on partait juste après. On n’avait pas de gros moyens. On était creuvés le dimanche matin quand on revenait mais ça nous a soudés. Aujourd’hui encore, j’en parle avec mes anciens joueurs quand je les croise.”

La LFH à court terme

Après ce passage, il entraînera au Pôle Espoirs de Dunkerque pendant 4 ans avant d’entraîner les – de 18 ans de L’USDK, le club phare du Nord qui évolue en Starligue.

A Mouscron, Lionel Lemaire veut rajeunir l’équipe tout en comptant sur les plus anciens pour équilibrer le tout. “Ensemble, on peut aller chercher la montée en LFH à court terme”, certifie-t-il.

Le HCM ne pouvait pas mieux tomber sur ce bâtisseur pour se reconstruire.