Il vient d’enchaîner plusieurs places d’honneur, Maximilien Picoux. Le coureur pro d’Ath s’est classé septième et onzième de deux étapes d’A Travers les Hauts de France, en catégorie 2, avant de finir douzième du Championnat des Flandres, en catégorie 1, dans un sprint relevé dominé par Jasper Philipsen devant Dylan Groenewegen. Il a aussi terminé vingt-et-unième du Grand Prix de Denain.

Mercredi, il était sur l’Eurométropole Tour, entre La Louvière et Tournai. Souriant au départ, il a confié vouloir profiter de ses dernières courses de la saison. Qui pourraient être… les dernières de sa carrière pros. "Je dois encore disputer deux belles épreuves, Paris-Bourges et Paris-Tours", raconte le coureur de la formation Xelliss -Roubaix Lille Métropole. "Ce seront sans doute mes dernières en tant que pro."

Pourquoi ? "Il y a un renouvellement dans l’effectif de mon équipe", répond-il. "Je ne suis pas dans les premiers plans de ma formation pour la saison prochaine, dans le premier effectif annoncé. Il reste quelques places, mais je n’ai pas envie d’attendre le mois de novembre pour être certain de mon avenir. Ma décision n’est pas encore totalement prise, mais je pense quand même plus me tourner vers du vélo plaisir l’an prochain. Je veux donc bien profiter des dernières courses."

Que va-t-il retenir de ces deux saisons effectuées chez les pros ? "Je suis très content d’avoir pu vivre cette belle expérience", répond le coureur de 25 ans, dont le petit frère, Justin, commence à faire parler de lui chez les jeunes. "Je n’ai malheureusement pas connu deux saisons pleines chez les pros, à cause du coronavirus. Mais je ne veux retenir que le positif. C’était chouette de pouvoir côtoyer le niveau mondial, de prendre le départ de belles courses. Cette année, je n’ai pas été à la hauteur de mes espérances. Je n’ai été satisfait de mon niveau qu’en fin de saison. Mais j’ai quand même pu prendre du plaisir et progresser."

Et pour ses deux dernières courses, il continuera à pédaler dans cet état d’esprit.