Blessé, Florent Sutherland doit renoncer à la traversée de la Manche. Pour l’instant…

Peut-être que Florent Sutherland traversera la Manche dans les prochains jours. Mais ce sera en bateau. Pas à la nage, comme il l’aurait souhaité. Le Tournaisien de 25 ans, qui se préparait depuis un an à ce grand défi, doit renoncer en raison d’une blessure. Pas de chance. Mais pas de quoi le décourager.

Florent, que s’est-il passé ?

"Je m’alignais le week-end dernier sur une épreuve à la nage de 10 kilomètres dans un canal près de Bruges. Mes temps de passage étaient bons, mais au septième kilomètre j’ai ressenti une vive douleur. J’ai dû stopper. C’était impossible de continuer et je suis parti aux urgences puis j’ai effectué des examens complémentaires."

Et le diagnostic ?

"Une fracture de fatigue au niveau de la tête de l’humérus."

Aviez-vous déjà été sujet à ce type de blessure ?

"Il y a deux ans environ, je m’étais occasionné une déchirure ligamentaire à cette épaule. Je m’étais soigné et j’avais fait pas mal d’exercices en salle pour renforcer le haut du corps. Maintenant, ces dernières semaines, avec les nombreuses séances en piscine mais aussi en eau libre, la charge de travail était assez intensive."

Quelle sera votre période d’indisponibilité ?

"Il faut compter au moins quatre à cinq semaines."

Et la traversée, quand était-elle prévue ?

"Je devais l’effectuer entre le 26 septembre et le 1er octobre. Je serais parti de Douvres et j’avais compté qu’il me faudrait accomplir entre 12 et 15 heures d’effort. C’est frustrant car je me préparais depuis un an."

Quel est votre sentiment ? Êtes-vous prêt à vous remettre en piste dès que votre blessure sera derrière vous ?

"Depuis ce lundi, j’accuse quand même le coup. Un an de préparation tombe à l’eau, c’est le cas de le dire. Maintenant, j’ai reçu des tas de messages positifs, des encouragements de la part des proches et des amis. Ça fait plaisir et ça pourrait peser dans la balance. Je me dis aussi que je dois penser à moi, qu’il faut peut-être lever le pied. Mais d’un autre côté, si je décide de programmer cette traversée malgré tout, il faudra que je refasse une grosse préparation. De toute façon, la tentative n’aura pas lieu avant septembre 2020. J’ai aussi mon travail et des projets professionnels."

Lesquels ?

"Je suis éducateur spécialisé et je voudrais aussi créer une activité complémentaire, en rapport avec le sport."

Quel autre défi pourrait vous tenter ?

"Avec la préparation qui est la mienne, j’aimerais un jour m’aligner sur triathlon. Mais ce serait plus en loisirs."