Après son accession historique à la P2, le FC Esplechin était attendu avec curiosité. Mais la crise sanitaire a vite sonné la fin de la première saison à cet échelon. Ce n’est peut-être pas plus mal.

En janvier, Esplechin annonçait l’arrivée de Philippe Voiturier (ex RUS Tournai ou Warcoing) comme directeur sportif. "Le président Stekelorum a fait appel à mes services pour apporter mon vécu et pour faire le lien entre le comité et les coachs de P2 et de P4, explique Philippe. J’ai aussi été chargé de réaliser quelques transferts vu que le noyau de la saison passée aurait peut-être été un peu juste."

Philippe Voiturier a donc ouvert son carnet d’adresses et a notamment fait venir Attout et Seghers, habitués de la série, pour animer le compartiment offensif.

"Esplechin est proche de la frontière française et des joueurs de l’Hexagone nous rejoignent également. Nous avons voulu étoffer le noyau à 20 joueurs pour pouvoir rivaliser dans une série relevée. Notre équipe est constituée de nombreux trentenaires et cette expérience sera précieuse pour bien figurer mais aussi pour une question d’ambiance."

Esplechin ne ferme cependant pas la porte aux jeunes. "Plusieurs joueurs de la P4 peuvent ambitionner de rejoindre l’équipe A. On verra s’ils adhèrent. La balle est dans leur camp."

Pas question pour Philippe de jouer la belle-mère encombrante. "Je suis là parce que j’apprécie le club. Je ne suis pas venu pour prendre la place du coach François Echevin. Je le répète, je suis là pour conseiller."

Quant aux objectifs, ils peuvent surprendre à première vue. "La série sera très costaude. Je vois Luingne devant et des équipes comme Templeuve et Isières auront leur mot à dire. Après ? Ce sera très équilibré. Il faut de la réussite et être épargné par les blessures. Nous pouvons, je crois, viser le top 5. Au final, ce sera peut-être le top 8. Le but est d’abord de se faire plaisir et de rester dans cette série."