Le coach Pouillard vise les playoffs avec la R2 de l’ASTEK et le maintien avec la P1 qu’il dirige également.

C’est un concours de circonstances qui sonne finalement comme une évidence. En P1 avec un vrai groupe d’amis depuis plusieurs années, Joffrey Pouillard a repris la R2 de Kain en fin de saison passée. Et il a repris les deux équipes en ce début de saison. "Tant que cela convient aux dirigeants, cela ne me pose pas de souci de gérer les deux groupes. Mais c’est vrai que 3 ou 4 matchs sont en commun cette saison, ce qui m’empêchera d’être toujours présent", commente le coach.

Pour la R2, l’objectif est d’atteindre les playoffs. Et le club est dans le bon tempo avec 6 victoires en 8 rencontres et une belle 5e place avec le quatuor gagnant à portée de tir. "On voulait surtout ne plus vivre le même scénario que la saison passée. On s’était maintenu à une journée de la fin. On a donc décidé de viser le plus haut possible pour éviter toute mauvaise surprise", détaille-t-il.

Pour ce faire, le coach a doublé tous les postes et peut désormais compter sur un vrai 5. "Cela change des matchs à 7 ou 8 de la saison précédente." Le point fort est incontestablement la solidité défensive qui permet de limiter les velléités adverses.

En P1, en revanche, c’est moins enthousiasmant. " Mais c’était attendu puisque les trois meilleurs joueurs sont partis… vers notre R2."

Actuellement à la 8e place du classement, le noyau avait terminé 10e l’an passé alors qu’il venait d’atteindre l’élite provinciale. "Je pense qu’on peut encore faire mieux car en l’absence des éléments plus expérimentés, les joueurs mettent deux fois plus d’intensité", analyse le coach aux deux casquettes. Et même aux trois puisqu’il s’occupe aussi des U14 AWBB. "En tout, cela fait 7 entraînements par semaine", dénombre ce serviteur invétéré de l’ASTEK.