Une délivrance pour celui qui attendait le retour des sensations fortes depuis l’Ironman d’Hawaii en octobre 2019. Entretien.

Simon, d’abord, satisfait de votre prestation ?

"Assez oui. J’étais avant tout content de pouvoir épingler un dossard en 2020. Je termine 6e de ma catégorie 35-39 ans et 61e au général alors qu’il y avait une grosse concurrence au départ avec 40 pros, dont mon entraîneur, Frederik Van Lierde, dont c’était la dernière épreuve internationale. C’était donc très chouette. Pour le reste, je le répète, le niveau est de plus en plus élevé."

Le parcours vous convenait-il ?

"A première vue pas vraiment puisque j’apprécie surtout les tracés accidentés et vallonnés et qu’ici, on était sur un parcours ultra roulant à vélo avec beaucoup de vent, donc destiné à des athlètes puissants."

La préparation pour un 70.3 est-elle fort différente de celle d’un ironman complet ?

"Oui, quand même. A pied, il faut par exemple un peu plus de vitesse. Mais bon, je me suis décidé il y a un mois seulement."

Racontez-nous votre course.

"Malgré le confinement et l’impossibilité d’aller nager en piscine pendant longtemps, j’ai tout de même tenu le coup en natation. Le cadre était vraiment pas mal. Sur les 1900 m, nous avons notamment emprunté le chenal par lequel passent tous les bateaux. Avec le soleil qui se levait, la vue était belle. Sur le vélo, j’ai été agréablement surpris au niveau de mes zones de watts et quand je l’ai posé, j’étais 3e de ma catégorie. Là, je me suis peut-être un peu enflammé. Je pensais courir à 3.45-3.50 de moyenne mais à partir du 14e kilomètre, je me suis senti moins bien et j’ai couru en 4.20-4.25. Trois concurrents m’ont dépassé."

Quels étaient vos objectifs 2020 avant le confinement ?

"Je devais prendre part à l’ironman de Lanzarote en mai avec en tête une nouvelle qualification pour Hawaii mais il a été annulé. Je m’étais rabattu sur celui de Nice qui devait se tenir en octobre mais là encore, il a été annulé. Maintenant, la place obtenue en 70.3 aux Sables d’Olonne devrait me permettre d’obtenir une qualification pour le mondial 70.3 qui aura lieu aux Etats-Unis en 2021. C’est une belle satisfaction même si je ne suis pas certain du tout de m’y aligner."

Et votre prochaine course ?

"Ce sera ce week-end à Menin pour célébrer la fin de carrière de Frederik Van Lierde."