Tournai-Ath-Mouscron

Simon Clam n’a rien laissé au hasard pour sa deuxième participation à Hawaï. "Sur le rouleau avec du chauffage", confie-t-il. 

À 35 ans, Simon Clam, athlète du Com’in Tri, va disputer pour la deuxième fois le mythique ironman d’Hawaï. Ce sera ce samedi, après une première participation en 2017. Les voyants sont au vert pour Simon, même si rien ne se passe jamais comme prévu dans le Pacifique.

Simon, quel souvenir gardez-vous de votre participation en 2017 ? Vous aviez terminé ?

"Oui, j’avais fini l’épreuve mais j’étais légèrement blessé. Dans ces conditions, réaliser un bon chrono devenait difficile."

À la veille du départ, comment vous sentez-vous ?

"Je me sens bien. Je me suis bien préparé, bien reposé aussi. Je suis en forme et prêt à faire de mon mieux."

Pourtant, vous sortez à peine du mondial 70.3…

"Oui, j’ai fait le mondial 70.3, la moitié d’un ironman, où il faut mettre plus de vitesse. Mais mon gros objectif reste Hawaï et je me suis donc entraîné aussi en conséquence, en mettant plus de volume. Les conditions météorologiques de ces dernières semaines en Belgique n’étaient pas favorables pour bien se préparer et il a fallu trouver des parades. Je me suis notamment entraîné à mon domicile."

À votre domicile ?

"Oui. À Hawaï, on le sait, il va faire entre 32 et 35° et le taux d’humidité est toujours important. Et comme il faisait mauvais dehors, je me suis entraîné à l’intérieur en faisant du rouleau et en mettant le chauffage pour bien transpirer, un peu comme si j’étais dans les conditions de course. Je ne regrette pas, au contraire."

Vous dites qu’à Hawaï, programmer un chrono est assez périlleux. Néanmoins, avez-vous des objectifs en termes d’horaires ?

"Déjà, on nage sans combinaison et je ne suis pas un top nageur. Si je termine entre 1 h 05 et 1 h 08-1h 10, ce sera bien. À vélo, il y aura beaucoup de vent et ce ne sera pas simple. Un chrono de 5 h 10 me satisferait. Ensuite, au niveau du marathon, j’avais mis 4 h 20 il y a deux ans mais je n’étais pas bien. Lors de ma qualification pour Hawaï à l’ironman de Tallinn, j’avais réalisé 3 h 10. Ici, entre 3 h 30 et 3 h 45, je serais déjà content. Globalement, si je termine l’épreuve sous les 10 h 30, ce sera bien."

Vous allez aussi faire du tourisme là-bas ?

"J’ai déjà eu l’occasion de visiter l’île. Et comme nous venons d’avoir une petite fille, voyager aussi loin n’est pas l’idéal. Ma femme et elle restent en Belgique et c’est la raison pour laquelle je ne vais pas m’éterniser à Hawaï."