Tournai-Ath-Mouscron Le Péruwelz Archery Club a organisé ses 12 heures de tir à l’arc.

Les blasons ont été soumis à rude épreuve. Le Péruwelz Archery Club (PAC) a organisé le week-end dernier ses 12 heures de tir à l’arc depuis la salle de la Verte Chasse. L’occasion pour les initiés de participer à un événement fun, sans la pression liée aux compétitions officielles. Il s’agissait d’une première et les archers sont venus de toute la Wallonie.

"Notre compétition officielle est déjà programmée pour le week-end des 11 et 12 janvier mais nous avons envie de faire de nos 12 heures un événement récurrent également", confie Jonathan Vancraeynest, président du PAC. "Ici, on ne s’arrête pas pendant les 12 heures. Le tir se fait à distance officielle en salle, à savoir 18 mètres, mais dans un esprit festif, avec de la musique et des jeux destinés à pimenter un peu la compétition."

Les archers font partie du paysage sportif péruwelzien depuis 35 ans. Ils sont une trentaine, hommes et femmes, à pratiquer la discipline. Et que ce soit sur un arc recurve classique ou un compound (arc à poulies), chacun évolue à son rythme.

Le tir à l’arc se pratique aussi bien en salle qu’à l’extérieur et le PAC peut à cet égard bénéficier des installations d’une école voisine. "En salle, nous pratiquons le tir à 18 mètres. Dehors, les distances vont de 25 à 90 mètres , souligne Jonathan. Le tir à l’extérieur n’est pas évident car il faut s’adapter aux conditions météorologiques. Une compétition peut être annulée ou suspendue s’il y a un risque d’orage. Mais en salle, c’est exigeant également."

Il est vrai que le tir à l’arc nécessite une bonne condition physique. Le haut du corps, par exemple, est fort sollicité, avec des mouvements à répéter et des kilos de pression dans les bras à supporter. Et ce n’est pas tout. "Quand vous tirez par exemple à 90 mètres, il faut aller rechercher ses flèches puis revenir se positionner. Au bout d’une compétition, le nombre de pas n’est pas négligeable. Nous sommes plusieurs à pratiquer la course à pied pour nous tenir en forme. Il faut aussi posséder un mental d’acier et être maître de soi. Dans certains pays, le tir à l’arc est considéré comme un art martial", assure Jonathan Vancraeynest.

Chaque compétition officielle est soumise à un cahier des charges strict. Pas question de faire le fanfaron, d’outrepasser la zone de sécurité ou de s’habiller n’importe comment. Un minimum de respect s’impose. Les archers le savent.