Le QTDS, lisez le Quintine trail du diable au SUKre, n’aura donc pas lieu. L’événement devait se tenir à Ellezelles ce 1er mai sur quatre distances (9,5, 21, 31 et 42 km) mais les organisateurs n’ont finalement pas obtenu l’accord de la police. Dès lors, il n’y aura pas de report mais bien une annulation.

"Trouver une autre date n’aurait pas été évident car il y a pas mal d’événements organisés sur Ellezelles", confie Olivier Cousin, organisateur.

Une version off, concept à la mode, n’était pas envisageable non plus. "Nos parcours empruntent des terrains privés comme bois et prairies et nous ne pouvions pas nous permettre d’occuper ces sites pendant une semaine, poursuit Olivier. D’ailleurs, si les gens veulent s’entraîner, nous tenons à leur faire remarquer qu’il faut faire attention à ne pas emprunter d’anciens tracés et à ne pas empiéter sur des propriétés privées, sans quoi nous perdrons l’accès à certains endroits."

Ce n’est pas la partie sportive qui a été remise en cause et qui a entraîné le refus. "Non, parce que nous avions le code vert concernant l’analyse de risque et un accord positif de la commune d’Ellezelles mais la police, elle, craignait plutôt pour l’après-course et le phénomène de rassemblement, explique Olivier Cousin. Le problème n’était pas d’accueillir 1 400 coureurs, puisque nous avions prévu des mesures pour que les épreuves se déroulent selon un protocole clair, avec départs échelonnés, par vagues, sur des zones différentes. Mais en cas de débordements éventuels d’après-course, la responsabilité du comité aurait été engagée. Nous respectons la décision de la police, même si nous sommes déçus, également pour tout le secteur de l’Horeca travaillant en marge de cet événement et aussi vis-à-vis des dons que nous ne pourrons pas effectuer cette année faute de rentrées financières. Nous n’avions déjà pas pu organiser notre épreuve en 2020, mais nous avons déjà le regard endiablé et tourné vers 2022."