Le Pays Blanc cherchait une valeur sûre en attaque. Il a trouvé sa perle. Valentin Ramser a accepté de relever le défi antoinien. Il dispute sa quatrième saison à Ath, au Pays Vert, en D3.

“Je veux d’ailleurs remercier tout le monde là-bas : président, comité, staff, joueurs, supporters et bénévoles, qui ont toujours été adorables avec moi. J’y ai rencontré de chouettes gars. Le Pays Vert m’a beaucoup donné, me permettant d’évoluer en Nationale. En contrepartie, je pense avoir rendu aussi de bons services au club.”

En débarquant au Pays Blanc, Valentin Ramser espère malgré tout retrouver le plaisir du jeu qu’il avait un peu perdu. “C’est vrai que le système mis en place et que je ne critique d’ailleurs pas me convenait moins ces derniers temps.”

Des éléments extra-sportifs ont aussi joué dans son choix. “J’ai emménagé récemment à Pecq et je travaille à Néchin. En plus, j’ai des projets avec ma compagne. Je souhaitais donc me rapprocher.”

Le joueur de 29 ans est conscient des attentes que son arrivée à Antoing engendre. “Si j’ai accepté le défi du Pays Blanc, c’est pour des raisons humaines et sportives. Il y a l’ambiance, les supporters, les infrastructures. Le club me voulait depuis trois ou quatre ans et a mis des arguments et de l’énergie pour que je vienne. A moi de prouver sur le terrain que le club a eu raison de me faire venir. Mais je ne veux pas non plus me mettre de pression.”

Il a déjà eu l’occasion de discuter avec le coach de la philosophie de jeu qu’il souhaite mettre en place. Joueur de rectangle avant tout, Valentin aime aussi participer aux actions de l’équipe. “J’ai l’habitude de décrocher et de participer aux actions. Le Pays Blanc entend développer un jeu tourné vers l’offensive et ça me plaît. J’ai l’image de renard des surfaces et mon rôle premier est de marquer mais j’aime aussi délivrer des assists. A présent, j’espère avoir fait le bon choix. J’avais plusieurs possibilités et j’ai tranché. Si je retrouve le plaisir, les buts suivront.”