Ses absences lors de la phase classique lui apportent aujourd’hui fraîcheur et envie.

Verlaine en finale du tour final de D3 amateurs ! Voilà qui aurait certainement valu une grosse cote dans les agences de paris au début de la saison !

"À la base, notre première envie tenait à demeurer en nationale", rappelle le joueur formé à Seraing avant de migrer vers La Calamine. "Puis, on s’est dit qu’accrocher le tour final serait un beau bonus. Depuis notre succès à Tilleur, on se dit simplement que l’on veut aller au bout de ce tour final."

Ainsi, même si la place de finaliste risque bien de permettre l’accession à l’échelon supérieur, vaincre Rebecq est, désormais, la volonté des Taureaux.

"D’autant que cette finale aura lieu sur notre synthétique où l’on ne perd quasiment pas de points. On a juste été battus par Longlier et tenus en échec par Durbuy, le champion. La saison devient longue ? Non. Puis, on ne va pas se plaindre pour une semaine d’entraînement supplémentaire (sourire). Rebecq part favori sur papier, mais on sera tous à 200 %, car on veut aller au bout."

Cette apothéose , Jonathan Gallina l’a préparée de la meilleure des façons. "J’ai connu une campagne avec beaucoup de coupure. Je me suis rendu à Shangai voir ma copine et au Portugal pour l’école."

D’où seulement dix titularisations et quatre montées au jeu. "Pour un seul but, contre Tilleur", précise l’ailier. "Sur le match de dimanche, j’ai donc inscrit deux fois plus de buts que sur l’ensemble de la saison. Dont un de la tête, ce qui est rare dans mon chef."

Mais Verlaine, c’est surtout des individualités au service du collectif. "Dès le coup d’envoi, on a été supérieurs à Richelle. Même eux le sentaient et le disaient sur le terrain. Il nous a juste manqué le dernier geste, le bon choix en finition."

Si l’aventure continue, Hassan Ouchan (entorse) a fini cette saison. Mais son témoignage en dit long sur l’état d’esprit présent aux Six Bonniers. "À mon poste, il faut souligner le travail de Velegan à Tilleur et de Thiry contre Richelle. Si l’on monte, ce n’est pas grâce à onze ou dix-huit joueurs, mais à vingt-quatre, le nombre que l’on était en début de saison."