Henin a mis la terre à ses pieds

Miguel Tasso
Henin a mis la terre à ses pieds
©EPA

Sa victoire faceà Serena Williams devrait l'aider à franchir un nouveau cap

CHARLESTON C'est peut-être la victoire la plus importante de sa carrière qu'a remportée, dimanche, Justine Henin. C'est vrai en terme financier - elle a reçu un chèque de 189.000$ (quasiment la même chose en €) - mais aussi d'un point de vue sportif et, surtout, psychologique.

Car ce succès de prestige, couronné par une magnifique victoire en finale face à Serena Williams, tombe à point nommé: au début de la saison sur terre battue, lorsqu'il est de bon ton de faire le plein de moral et d'énergie. «Je suis entrée sur le court avec un état d'esprit très positif. J'étais un peu nerveuse dans les premiers échanges. Mais j'ai vite trouvé mes marques en essayant de jouer le plus simplement possible...» explique la Rochefortoise.

Télécharger la Newsbar


On peut, bien sûr, faire la fine bouche et souligner que, de son propre aveu, Serena Williams n'a pas signé un grand match. Mais cela n'enlève rien aux mérites de la joueuse belge. «Disons que sur terre battue, mes chances de la battre sont un peu plus élevées car les balles reviennent moins vite et que cela permet de mieux préparer mes coups...»

Il est symptomatique de remarquer, à ce propos, que Justine a quasiment remporté tous les rallyes de plus de trois échanges. C'est un signe d'une grande maîtrise et d'une grande solidité. «Pour jouer Serena, il faut être en pleine forme physique. Et, en finale, mes jambes m'ont beaucoup aidée...»

A l'évidence, le travail de fond que Justine réalise depuis quelques mois en Floride - où elle a définitivement établi son camp d'entraînement - porte ses fruits. On la sent plus résistante, plus athlétique, plus performante. C'est évidemment de très bon augure avant les grands rendez-vous de la saison sur terre battue et, notamment, Roland-Garros. «C'est vrai, le tournoi parisien fait partie des grands objectifs de ma saison. L'année passée, je n'avais pu défendre vraiment mes chances en raison d'une angine. J'espère que, cette fois, je serai à cent pour cent...»

Justine participe, cette semaine, au tournoi d'Amelia Island. Elle rentrera ensuite en Belgique pour le match de Fed Cup face à l'Autriche. Les tournois de Berlin (dont elle est la tenante du titre) et de Rome (où elle était finaliste en 2002) lui serviront de répétition générale avant le rendez-vous de la Porte d'Auteuil.

Même si, à ce jour, c'est sur gazon qu'elle a signé son plus grand exploit (finale à Wimbledon en 2001), il est clair que c'est sur terre battue que Justine est la plus à même de s'imposer et de contrer la puissance de joueuses comme les soeurs Williams ou Kim Clijsters.

Car même si elle a fait de vrais progrès au service (notamment en première balle), Justine ne possède pas - et ne possèdera jamais - la même force athlétique que les trois joueuses qui la précèdent au classement mondial. Ses armes sont différentes: le toucher de balle, la vitesse d'exécution, l'art de trouver des angles impossibles. Lorsqu'elle joue en confiance, bien dans sa tête, elle peut assurément battre n'importe quelle rivale et, pourquoi pas?, prétendre devenir un jour, comme dans ses rêves d'enfant, numéro un mondial. «Elle en a le potentiel. Il lui suffit de dominer ses émotions» répète son coach Carlos Rodriguez qui a, lui aussi, posé ses bagages en Floride pour aider sa protégée à franchir de nouveaux caps.

Qui sait? Ce tournoi de Charleston marquera peut-être le déclic pour un nouveau départ. Pour une nouvelle étape vers les plus hauts sommets. Quand on vous disait que ce succès était important...

© Les Sports 2003


Serena Williams: «Parfois, cela fait du bien de perdre»


Le numéro un mondial n'est pas invincible

CHARLESTON Justine Henin l'a rappelé à ceux qui auraient pu l'oublier: Serena Williams n'est pas invincible. La joueuse, malgré sa place de numéro un mondial, malgré ses 21 victoires de rang sur le circuit WTA, malgré qu'elle ait remporté les quatre derniers titres du Grand Chelem, malgré son statut incontestable de meilleure joueuse du monde, a le droit à l'erreur et peut encore faillir.

Sa défaite contre Justine, et surtout la manière dont elle s'est déroulée, ne laisse pas de place à l'équivoque: Serena Williams peut connaître un jour sans.«L'entièreté de mon jeu était en dessous de tout aujourd'hui », commentait, sans faux-fuyant, la petite soeur de Venus après s'être fait balayer du court en un peu plus d'une heure par Justine. «Je n'ai pas bien servi, j'ai mal retourné, j'ai frappé sans force. Bref: j'ai vécu un de ces jours...»

Un de ces jours dont tout sportif se passerait bien, surtout, lorsqu'il est habitué à vaincre sans péril depuis de nombreux mois. A cet égard, la défaite de dimanche a beaucoup apporté à l'Américaine. «Parfois, cela fait du bien de perdre», déclarait-elle, en guise d'avertissement à ses futures adversaires. «Cela me remotive énormément. Je n'ai qu'une envie aujourd'hui: revenir. Attention, donc, aux prochaines joueuses qui se mettront en travers de ma route.»

Serena Williams garde donc, visiblement, la tête sur les épaules. Son objectif - un peu fou - de ne perdre aucun match sur l'ensemble de la saison s'est envolé, sous le poids des coups de raquette de Justine Henin. «Cet objectif n'a jamais été ma priorité», tentait-elle de faire croire, sous le coup de la déception. «Je pense que les journalistes en font une montagne et qu'ils sont plus intéressés par ce record que moi-même.»

Soit. Serena Williams a montré par le passé qu'une défaite - si nette soit-elle - ne pouvait l'anéantir. L'Américaine a tellement de ressources physiques et mentales qu'elle saura se remettre en question à l'aube de sa préparation pour Roland-Garros. A défaut d'être invincible, elle essayera d'y être invaincue.


O.S.




Et Kim Clijsters est numéro 2 mondial
C'est le meilleur classement jamais obtenu par un joueur belge

BRUXELLES Plus que jamais, Kim Clijsters et Justine Henin se profilent comme les deux principales adversaires des soeurs Williams au faîte du tennis féminin.

Depuis le début de la saison, les deux championnes belges ont déjà remporté quatre tournois: Dubaï et Charleston pour la Rochefortoise, Sydney et Indian Wells pour la Limbourgeoise. Voilà qui en dit long sur leur potentiel.

Alors que Monica Seles marque clairement le pas, que Jennifer Capriati fait preuve de beaucoup d'irrégularité, que Lindsay Davenport tarde à retrouver sa forme physique d'autrefois et que les grands espoirs (Hantuchova, Dokic, Myskina,...) déçoivent, nos deux princesses poursuivent, elles, leur marche en avant.

Comme prévu, Kim Clijsters est devenue, hier, pour la première fois de sa carrière, numéro deux mondiale. Il s'agit, bien sûr, du meilleur classement jamais obtenu pour un Belge dans l'histoire du tennis professionnel. Justine Henin-Hardenne conserve pour sa part son rang de quatrième joueuse mondiale et se rapproche du podium! Si elle remporte, cette semaine, le tournoi d'Amelia Island, l'Ardennaise pourrait franchir, elle aussi, la barre des 4000 points!

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be