Rafael Nadal, le conquistador

Sam Casey

Malgré son élimination, ce jeudi, l'Espagnol de 16 ans reste la révélation du tournoi de Monte-Carlo

MONTE-CARLO Le Slovaque Kucera d'abord, l'Espagnol Albert Costa, tenant du titre à Roland-Garros, ensuite, Rafaël Nadal et ses exploits constituaient les principaux sujets de conversation aux tables huppées qui garnissent les abords du court central du Country Club de Monte-Carlo. Il est en effet rare qu'un joueur de 16 ans à peine, issu des qualifications, joue avec un tel talent au coupeur de têtes. Il est vrai que sa défaite face à l'Argentin Corria a privé le jeune Espagnol des quarts de finale du tournoi. L'Argentin, (ATP 26) s'est imposé en deux manches, 7-6, 6-2, après un premier set accroché dont la perte fut fatale au jeune prodige.

Reste qu'épingler deux aussi bons joueurs tels que Kucera et Costa, en autant de matches, relève du talent plus que du hasard. Lors de sa partie du deuxième tour face au géant de la terre battue qu'est Albert Costa, le jeune Nadal avoue même avoir été impressionné.

«En début de rencontre, j'avais un peu peur de lui et j'ai démontré un peu trop de respect, avouait-t-il. Je pense qu'il n'était pas dans un grand jour. Avant ce match, j'avais très envie de jouer. Il arrive parfois qu'un joueur puisse prendre peur contre un très jeune joueur. Mais pour dire la vérité, j'avais peu de confiance dans ma capacité de gagner.»

Une capacité qu'il a trouvée lors des deux premiers tours, mais qui lui a fait défaut au moment d'affronter l'Argentin Corria. Le jeune Rafael conserve pourtant de bonnes impressions de son voyage sur la Côte d'Azur. «Avant le tournoi, je ne pouvais pas penser que j'aurais pu réaliser cela. C'est une semaine importante parce que j'ai battu un joueur du Top 10. C'est la victoire qui me fait le plus plaisir. Grâce à ce succès, j'avais déjà réalisé un très bon tournoi, malgré ce qui s'est passé aujourd'hui (NldR: lisez hier).»

Son arrivée fracassante sur le circuit fait déjà rêver ce jeune gaucher... qui ne compte d'ailleurs pas en rester là. «Il faut être réaliste, j'espère un jour rejoindre le sommet de la hiérarchie. J'entre désormais dans le Top 100. En début de saison, je ne pensais pas que cela arriverait aussi vite. Désormais, je ne dois pas m'arrêter en si bon chemin.» Nouvelle révélation du circuit, après le Français Richard Gasquet la saison dernière, Rafael Nadal est le neveu du capitaine de l'équipe de football de Majorque, Miguel Angel Nadal. Il a débuté le tennis dans sa ville natale de Manacor, «deux fois par semaine pour faire un sport comme les autres enfants», précise-t-il.

Champion d'Espagne de sa catégorie à 11 et 12 ans, il s'est peu à peu orienté vers une carrière de joueur de tennis: «L'an dernier, j'étais encore à l'école en terminale. Mais cette année, je n'arrive plus à suivre. Et lorsque je reviens à l'école, je suis perdu.»

Actuel 109e au classement ATP, l'Espagnol fait l'objet de nombreux compliments de la part de ses compatriotes mais a visiblement décidé d'en faire abstraction.

«Il y a d'autres jeunes joueurs très bons. Rien n'est jamais acquis et je sais qu'en tennis, tout est compliqué,» souligne-t-il.Après le tournoi de Monte- Carlo, Rafael Nadal s'alignera à Barcelone par l'intermédiaire d'une wild card (invitation). Il participera ensuite au Challenger d'Aix-en- Provence, avant de s'attaquer aux qualifications des Masters Series de Rome et d'Hambourg.

© Les Sports 2003

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be