Une nouvelle finale belge?

Serge Fayat
Une nouvelle finale belge?
©EPA

Clijsters redeviendra n°2 si elle bat Capriati à Berlin

BERLIN Ce ne constituerait pas une grande première. A Rosmalen, en 2001, et à Luxembourg, en 1999, ce fut déjà le cas. Avec un brin de chance, cela dit, le tennis belge vivra un autre grand moment, ce week-end, lors du tournoi sur terre battue de Berlin. Kim Clijsters (WTA 3) et Justine Henin-Hardenne (WTA 4) se trouvent ainsi à un match de disputer une nouvelle finale 100% belge sur le circuit WTA!

La Limbourgeoise et la Rochefortoise, qui se sont déjà rencontrées à onze reprises depuis le début de leur carrière professionnelle, ont facilement franchi, vendredi, le stade des quarts de finale de l'épreuve allemande. Sous les yeux de son fiancé, Lleyton Hewitt, Kim n'a fait qu'une bouchée de Daniela Hantuchova (WTA 9), qu'elle retrouvera à la mi-juillet lors de la Fed Cup, s'imposant 6-0 et 6-3 en 54 minutes. Justine, de son côté, a battu, en dernier match de la journée, l'étoile montante du tennis russe, Vera Zvonareva (WTA 25) 6-4, 7-5 à sa quatrième balle de match!

«J'ai réussi à me montrer aggressive dès le début de la partie afin de ne pas lui donner la possibilité de diriger les échanges, confia Kim, satisfaite du devoir accompli. J'avoue que je m'attendais pas à cela, mais c'est un résultat idéal pour ma confiance. Je me sens d'ailleurs très affûtée à l'heure actuelle. Il est vrai que pour suivre le rythme des entraînements physiques de Lleyton je n'ai pas le choix...», sourit-elle. J'ai perdu quelques kilos et c'est très bien.»

Au zoo avec les gorilles

Partie en voiture depuis Bree en compagnie de son père Lei, Kim Clijsters s'amuse, en tout cas, bien depuis le début de la semaine à Berlin. A côté du tennis, la tête de série n°1 de l'épreuve a ainsi eu l'occasion de visiter le zoo de la capitale allemande, où elle posa entre les gorilles pour le compte d'un reportage pour la télévision.

«J'ai également pu prendre un petit singe dans mes bras. C'était vraiment très chouette!»

Tenante du titre à Berlin, Justine Henin figure, elle aussi, en forme, même si elle a connu quelques difficultés à finir son match, se faisant remonter de 5-1 à 5-5 dans le deuxième set. Lauréate à Charleston au détriment de Serena Williams (WTA 1) et demi-finaliste à Amelia Island, elle s'est montrée intraitable ou presque depuis le début de la saison sur terre battue.

«Je suis vraiment contente que le match soit fini, soupira-t-elle. Par moments, nous avons pratiqué un tennis incroyable. J'ai été frustrée par les balles de match gaspillées et je suis devenue un petit peu nerveuse à cinq jeux partout, mais j'ai réussi à m'en sortir. Elle n'a pas froid aux yeux et s'est montrée très solide. J'ai véritablement dû aller chercher cette victoire.»

Pour mériter leur place en finale, certes, les deux p'tites Belges devront sans doute hausser encore d'un cran le niveau de leur jeu. Kim se mesurera ainsi à Jennifer Capriati (WTA 6), sa partenaire d'entraînement, qu'elle n'a jamais battu en trois confrontations. Juju, elle, rencontrera Amélie Mauresmo (WTA 7), qu'elle n'a plus affrontée depuis sa défaite au premier tour à l'US Open... 1999.

«Jennifer et moi sommes très bonnes amies et je sais que je peux m'attendre à une sacrée bataille. Elle n'abdique jamais», expliqua Kim, faisant référence à la finale de Roland-Garros de 2001, perdue 12-10 au troisième set.

Détail croustillant, si Kim la bat, elle récupérera la deuxième place mondiale...

© Les Sports 2003


Papa Dokic renie sa fille

SYDNEY On pourra bientôt en faire un deuxième Dallas ! La saga de la famille Dokic a connu un nouvel épisode cette semaine. Selon le quotidien australien Sydney Morning Herald, Damir Dokic, le fantasque père de Jelena, a ainsi décidé de... renier sa fille sous le prétexte de la liaison qu'elle entretient avec le pilote automobile brésilien Enrique Bernoldi. «Je ne veux plus jamais la voir, a déclaré Damir Dokic lors d'un entretien téléphonique depuis Belgrade, repris par le journal. Elle nous quitte. Nous n'avons plus besoin d'elle, a ajouté Dokic père, dont les propos ont été traduits par son fils Savo. Mon épouse continue de lui parler souvent mais moi, je ne veux plus. Je suis très fâché avec elle. Nous l'avons ramenée ici et avons tout fait pour elle jusqu'à l'âge de 19 ans. Et voilà qu'elle choisit cet idiot! s'est-il offusqué. Tout le monde dit qu'il est pilote de Formule 1 mais c'est un moins que rien.» Les rapports entre Damir et Jelena n'ont cessé de se dégrader depuis l'année dernière, au point que les parents ne peuvent plus assister à ses matches qu'au beau milieu du public et qu'elle leur refuse l'accès à ses revenus. Tel père, telle fille...

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be