Henin prête pour Paris

Miguel Tasso
Henin prête pour Paris
©EPA

Justine remporte le tournoi de Berlin après avoir sauvé 3 balles de match face à Clijsters!

BERLIN Trois sets, de constants renversements de situation, une dernière manche aux allures de thriller et, in fine, la victoire épique de Justine Henin aux dépens de Kim Clijsters: il n'a rien manqué, hier, à la finale du tournoi de Berlin!

Les deux championnes sont, en vérité, passées par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel dans ce match complètement fou où, à tour de rôles, elles eurent la victoire au bout de la raquette et gaspillèrent leur chance. Le premier tournant de la partie se situa au milieu du deuxième set lorsque Justine, menant un set à zéro et 4-1 face à une adversaire déboussolée qui avait déjà fait appel à la kiné pour soigner sa cuisse gauche, perdit subitement les pédales.

«C'était la panne totale, le trou noir! Elle était comme tétanisée, victime de je ne sais quel stress» constate, fataliste, son coach Carlos Rodriguez. Kim n'en demandait pas tant! A la vitesse de l'éclair, la Limbourgeoise remporta quatorze points d'affilée et s'adjugea la manche 6-4!

Le deuxième tournant de la rencontre se joua à 5-4 pour Clijsters dans le troisième set. Remise sur orbite, la n°2 mondial hérita de trois balles de match sur le service de Henin. Mais celle-ci les sauva miraculeusement, bénéficiant au passage d'une solide dose de chance sur un passing de revers de Kim qui sortit de quelques petits centimètres.

«Mais elle a pris ses responsabilités. Elle est montée à la volée et est allée chercher les points en vrai championne. C'est son jeu. C'est ça qu'elle doit faire si elle veut gagner de grands tournois...», ajoute Rodriguez.

Mise en confiance par cette réussite, libérée de toute pression, Henin porta dans la foulée l'estocade, égalisant à 5-5, remportant les deux derniers jeux et scellant le neuvième titre WTA de sa carrière, le troisième cette année après ses succès à Dubaï et Charleston.

«C'est une victoire très importante psychologiquement. D'abord, parce qu'elle a été acquise face à des joueuses de très haut niveau: Zvonareva en quart, Mauresmo en demi et Clijsters en finale. Ensuite parce qu'il n'est jamais simple de défendre un titre et qu'elle a parfaitement su gérer cette situation. Enfin parce qu'elle a démontré de vrais progrès, notamment au service», analyse Carlos Rodriguez.

Seule ombre au tableau: cette difficulté à maîtriser ses émotions dans certains moments-clé. A 4-1 dans le deuxième set, c'est inévitablement le scénario de la défaite en demi-finale de Roland-Garros en 2001 qui a défilé dans la tête de tous les observateurs. Mais le fait que Justine ait, cette fois, vaincu le signe indien est, en soi, plutôt positif.

Cette semaine, Henin participera au tournoi de Rome, dernière préparation avant son Roland-Garros. Sur terre battue, c'est sûr, tous les rêves lui sont permis...

Le fantôme de Roland-Garros

Impossible qu'elle n'y ait pas songé. Impossible, effectivement, qu'elle ne se soit pas revue, plongée deux ans en arrière quand, sur cette terre rouge de Paris, alors qu'elle semblait jouer un tennis d'extraterrestre, son bras se mit à trembler et sa tête à se vider. Les images, cruelles, de sa brutale déconfiture face à Kim Clijsters en demi-finale du tournoi 2001 de Roland-Garros, Justine Henin les a, peut-être, heureusement pour elle, gommées à jamais sur ce central de Berlin où elle a finalement tout gagné après avoir été à deux doigts de tout perdre.

Mais, s'il est évident, et on l'a encore vérifié hier, que la Rochefortoise reste sujette à d'incompréhensibles pannes de confiance, on a pu remarquer - et ce fut déjà le cas à Dubaï il y a quelques mois quand elle parvint à prendre la mesure de Monica Seles dans des circonstances très similaires à celles d'hier- qu'elle est désormais capable de garder dans les moments les plus critiques ce zeste de lucidité pour éviter de sombrer totalement. Cet atout, encore perfectible mais qu'elle façonne avec de plus en plus de solidité au prix de victoires comme celle remportée hier face à Clijsters, mènera Justine Henin- Hardenne, c'est évident, sur le chemin d'autres exploits, à commencer par la perspective, désormais très réaliste, de s'imposer dans une épreuve du calibre de Roland-Garros.

Car cette terre battue qui l'a vue naître, puis grandir tennistiquement reste sa meilleure surface. Ce n'est pas pour rien si c'est la seule où elle parvient à dominer sa grande rivale sur la scène nationale et... internationale!

Philippe Lacourt



© Les Sports 2003


«Bon pour le moral»

Justine Henin a fait le plein de confiance

BERLIN Justine Henin ne masquait pas son bonheur après son succès berlinois. «J'étais très frustrée après avoir perdu le deuxième set alors que je menais 4-1. J'ai connu un terrible passage à vide. Inconsciemment, j'ai sans doute cru que j'avais gagné le match. Heureusement, j'ai su faire le vide dans ma tête et repartir sur de nouvelles bases dans la dernière manche», expliquait-elle. A 5-4, la Rochefortoise dut sauver la bagatelle de trois balles de match! «Je suis restée très concentrée. Je n'ai pas tremblé et j'ai su saisir ma chance en prenant quelques risques...»

Pour Justine, ce succès tombe à point nommé. Il lui permet, d'abord, de faire le plein de confiance à quinze jours de Roland-Garros. Il met fin, ensuite, à une série de trois victoires consécutives de Kim Clijsters (à Los Angeles, Sydney et Anvers) dans leur face à face personnel. La dernière victoire de Justine face à son amie limbourgeoise remontait à un an, lors du tournoi de Rome, également sur terre battue. «J'ai bien joué toute la semaine, notamment face à Amélie Mauresmo samedi. J'ai eu de bonnes sensations. Il n'est jamais simple de défendre un titre. Dans ce contexte, cette victoire à Berlin est très positive...»

Sans l'avouer ouvertement, Justine Henin a fait du prochain Roland-Garros le grand objectif de sa saison. Elle sait que c'est sur terre battue qu'elle possède le plus de chances de contrer la puissance athlétique de joueuses comme les soeurs Williams ou Kim Clijsters.

L'hommage de Kim

Celle-ci faisait, hier, contre mauvaise fortune bon coeur. Consciente d'avoir laissé passer sa chance lors des fameuses trois balles de match, la Limbourgeoise ne cherchait aucune excuse. «Ce fut un match très intense et passionnant qui, à tout moment, pouvait basculer d'un camp à l'autre», remarquait-elle.

Bonne perdante, elle rendit un bel hommage à Justine. «Je crois qu'elle est actuellement la meilleure sur terre battue...»

Sur sa blessure à la cuisse gauche, qui l'obligea à faire appel au kiné à la fin du premier set, elle se voulait rassurante. «Je crois que ma demi-finale face à Capriati (trois sets et plus de deux heures de match samedi, ndlr) a laissé des traces. Mais ce n'est rien de grave...»

Sitôt son match face à Henin terminé, Kim trouva d'ailleurs les ressources pour jouer la finale du double en compagnie de Sugiyama...

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be