ATP Hambourg: «la forme revient à temps...»

Serge Fayat
ATP Hambourg: «la forme revient à temps...»
©Belga/AFP

Malisse a battu Corretja en trois sets à Hambourg

HAMBOURG C'est le genre de victoire dont il avait besoin. Le genre de victoire, également, qui pourrait lui servir de déclic à la veille d'un mois capital pour son classement mondial. A l'instar d'Olivier Rochus (ATP 65), lundi, Xavier Malisse (ATP 30) a franchi, hier, le premier tour du tournoi d'Hambourg, cinquième Masters Series de l'ATP Tour. Sur le court n°1 du Rothenbaum, le Courtraisien a éliminé en trois sets, 7-6 (7/3), 4-6 et 6-3, Alex Corretja (ATP 17), demi-finaliste du dernier Roland-Garros.

«Cette victoire me procure un bien fou, sourit-il. Cela fait si longtemps... J'aurais très bien pu perdre 6-4, puisque j'étais encore mené 3-1 dans ce troisième set, mais je me suis accroché et j'ai réussi à renverser la situation.

Auteur d'une année 2002 remarquable, qui l'avait vu se hisser en huitièmes de finale à Roland-Garros, réaliser un parcours fantastique qui le mena jusqu'en demi-finales à Wimbledon, et atteindre le 19e rang mondial à la mi-août, Xavier Malisse avait placé beaucoup d'espoirs dans sa saison 2003. Malheureusement pour lui, il dut rapidement déchanter, les victoires espérées se transformant en défaites cuisantes.

«J'étais dans le trou»

«J'avais pourtant bien commencé, atteignant le troisième tour à l'Australian Open, et bénéficiant de trois balles de match pour atteindre les quarts de finale à Milan, confie-t-il. Malheureusement, j'ai ensuite subi le contrecoup d'une année 2002 éprouvante et de la préparation physique poussée effectuée en décembre pour poursuivre sur ma lancée. Je n'avais pas l'impression que je jouais mal au tennis, mais je me sentais fatigué. Et les défaites subies prématurément n'ont rien arrangé. J'étais arrivé dans une spirale où je n'avais plus envie de m'entraîner et où j'avais perdu petit à petit ma confiance. Bref, j'étais dans le trou...»

Eliminé au deuxième tour du tournoi de Barcelone, après avoir subi une nouvelle défaite d'entrée à Monte Carlo, le Coutraisien choisit, fin du mois dernier, de se séparer de son coach attitré, l'Américain Craig Kardon, avec qui il travaillait depuis près d'un an. Pour tenter de se relancer, il fit appel à Steven Martens, le capitaine de l'équipe belge de Coupe Davis, pour l'aider temporairement

«Craig et moi sommes restés bons amis. Le problème n'était pas là. Simplement, j'avais le sentiment qu'il me fallait quelque chose de nouveau. J'ai alors pris contact avec Steven et j'ai commencé à m'entraîner à Anvers avec Johan Van Herck. Steven est quelqu'un avec qui je m'entends très bien. Il est posé et positif et sa présence et est très importante à mes yeux. Je sais que je peux me confier à lui...»

Cette sixième victoire de la saison, aussi futile qu'elle puisse paraître, constitue, en tout cas, une belle bouffée d'oxygène pour le premier joueur belge. Il est vrai qu'à l'approche de Roland-Garros et de Wimbledon, c'est un paquet de points qu'il va devoir défendre ces prochaines semaines...

«Franchement, je ne me tracasse pas de l'état de mon classement. S'il doit s'équilibrer par rapport à l'an dernier, tant pis! J'ai, certes, l'impression que la forme revient à temps. C'est l'essentiel...»

© Les Sports 2003

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be