Kim Clijsters: «Le plus beau cadeau, c'est Lleyton»

S. F.


Clijsters fête ses 20 ans, dimanche, par deux finales à Paris

ENVOYÉ SPÉCIAL EN FRANCE SERGE FAYAT

PARIS Kim, peut-on considérer que ce samedi sera le jour le plus important de votre carrière?

«Sincèrement, je ne le crois pas. Il s'agira certainement d'un jour mémorable mais j'en ai déjà connu des jours de ce genre dans ma jeune carrière. Je n'estime ainsi pas que cette deuxième finale soit plus importante que ma première, il y a deux ans, contre Jennifer Capriati.»

Pourtant, vous avez la possibilité d'entrer dans l'histoire en devenant la première joueuse belge à remporter une levée du Grand Chelem?

«Peut-être mais que je perde ou que je gagne cette finale, je considère que j'aurai livré un tournoi incroyable. Je vais tout faire pour m'imposer, bien entendu, mais si jamais cela ne devait pas être le cas, ce ne serait pas la fin du monde.»

Il n'empêche, ce serait un somptueux cadeau pour célébrer votre 20e anniversaire...

«C'est dimanche, alors j'aurai de toute manière ma finale du double.»

Justine Henin a confié que pour son anniversaire, dimanche dernier, vous lui aviez laissé un très beau dessin dans les vestiaires. Qu'attendez-vous de sa part pour le vôtre?

«Rien du tout. Je n'ai pas fait un dessin dans l'espoir de recevoir quelque chose en retour. De toute manière, mon plus beau cadeau d'anniversaire viendra sans nul doute de la part de Lleyton.»

Justine a également parlé des difficultés à rencontrer une adversaire que l'on connaît bien. Qu'en est-il pour vous?

«Jusqu'à maintenant, je pense avoir toujours été capable de bien gérer ce genre de situation. J'essaie, en fait, de ne pas trop me préoccuper de qui se trouve de l'autre côté du filet, mais plutôt de ses points forts et de ses points faibles. Et puis, vous savez, Justine et moi nous nous sommes déjà tellement recontrées que c'est devenu une question d'habitude.»

Avez-vous vu sa demi-finale ?

«J'ai vu la fin du match. Je crois que ce qui a fait la différence, c'est son déplacement et son jeu de jambes. Même si Justine était malmenée dans un échange, elle arrivait malgré tout à s'en sortir. Et puis, elle a beaucoup surpris Serena par la qualité de ses coups gagnants.»

Vous vous souvenez de la première fois que Justine et vous-même vous êtes rencontrées? Il se murmure qu'elle vous avait battue et que vous l'aviez très mal supporté...

«J'imagine que cela devait être à l'occasion des championnats de Belgique minimes ou une compétition du genre. C'est peut-être vrai ce qui se raconte mais j'avoue que je ne m'en souviens pas.»

Kim, la famille royale se déplace ce samedi. Quel effet cela vous fait-il?

«Je ne joue pas au tennis pour tout cela. C'est toujours agréable de voir que des gens de ce rang viennent nous apporter leur soutien et j'apprécie le télégramme que j'ai reçu du Palais dans la semaine mais je ne me préoccupe pas de savoir qui viendra s'asseoir dans telle ou telle loge...»

Pensez-vous que le fait de retrouver deux Belges dans une finale du Grand Chelem va permettre de combler la fracture entre les Wallons et les Flamands?

«La Belgique forme un seul et même pays. Justine et moi, nous nous entendons tellement bien que nos origines importent peu. Que je sois issue du nord du pays et elle du sud ne fait aucune différence...»

Une dernière question. Qui est la favorite de cette finale?

«Je crois que le fait que cette finale se dispute sur terre battue octroie un avantage à Justine.»

© Les Sports 2003

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be