Le bonheur est sur terre

Mig. T.
Le bonheur est sur terre
©AFP

Justine Henin est prête pour le jour J

ENVOYÉ SPÉCIAL EN FRANCE MIGUEL TASSO

Suivez le match en direct

Jouez avec Justine et Kim

PARIS Détendue, souriante, visiblement bien dans sa peau, Justine Henin a accepté de faire le point à quelques heures de sa grande finale face à Kim Clijsters.

Quelle analyse tirez-vous de votre match face à Serena Williams?

«Je crois que j'ai livré le meilleur match de ma carrière. C'était vraiment du très haut niveau du début à la fin. J'espère que le spectacle a plu à tous les passionnés de tennis. La rencontre aurait ou basculer d'un côté ou de l'autre. J'ai finalement gagné. C'est la preuve que personne n'est invincible...»

A 4-2 et 30-0 pour Serena dans le troisième set, il y a eu un point litigieux que l'Américaine a, ensuite, beaucoup évoqué pour expliquer sa défaite. A partir de là, elle a commencé à perdre sa domination. Pouvez-vous nous donner votre version des faits?

«Serena s'apprêtait à servir. J'ai fait un geste en lui disant que je n'étais pas prête. Elle m'a vu mais a néanmoins frappé sa première balle. Heureusement la balle était out. Je n'avais aucune raison de lui proposer de servir à nouveau deux balles. J'ai laissé le juge de chaise prendre la décision et je me suis concentrée sur son deuxième service. De toute façon, ce n'est pas ce point qui a changé le déroulement de la partie...»

Dans quel état d'esprit vous trouvez-vous actuellement?

«Tout va bien! Je suis prête mentalement et physiquement pour cette finale. Bien sûr, demain, tout sera peut-être différent. Je serai peut-être plus stressée, plus nerveuse. Mais je vais tout faire pour être au mieux de ma forme pour ce dernier match!»

La demi-finale face à Kim Clijsters de 2001 est encore dans tous les esprits. Vous meniez 6-2 et 4-1 et vous avez finalement perdu. Ce souvenir peut-il influencer le match ?

«Non. C'est le passé. Tout est aujourd'hui différent. A l'époque, c'était ma première demi-finale dans un tournoi du Grand Chelem. Je manquais d'expérience. Depuis, tout a changé. Mon jeu a beaucoup évolué. Et, mentalement, je suis beaucoup plus forte.»

Vous avez déjà disputé une finale dans un tournoi du Grand Chelem, en 2001 à Wimbledon face à Venus Williams. Peut-on comparer les deux événements?

«Là encore, tout est différent. En 2001, il s'agissait de ma première finale. Personne ne m'attendait à ce niveau. J'étais la surprise du tournoi. Ici, ma présence en finale était un peu plus prévisible. J'espère, en tout cas, que le résultat sera différent...»

Le public vous a littéralement portée face à Serena Williams. Pour le match contre Kim, il sera sans doute plus partagé...

«C'est vrai. Il y aura sûrement beaucoup de supporters belges dans les tribunes et leur coeur balancera d'un camp à l'autre! J'aurai, peut-être, un peu plus la faveur des spectateurs français. C'est toujours agréable d'avoir le public avec soi. Mais je ne crois pas que cela aura une grande influence sur le résultat de la partie.»

Quelle tactique allez-vous utiliser?

«Je ne sais pas encore. On se connaît toutes les deux tellement qu'il n'y aura pas de grandes surprises. Comme le mien, le jeu de Clijsters a beaucoup évolué ces derniers mois. Elle est très solide, elle commet peu de fautes. Et je la trouve plus rapide que dans le passé. C'est une vraie gagneuse...»


Le centre du monde

Toute la Belgique aura, à 15 h, les yeux rivés vers le central de Roland-Garros. Elle suivra cette finale entre Kim Clijsters et Justine Henin comme elle suivait jadis les exploits d'Eddy Merckx dans le Tour de France, de Jacky Ickx aux 24 Heures du Mans ou des Diables Rouges au Mundial mexicain de 1986. Avec une folle passion.

Cette fois cependant, elle sera sûre de fêter la victoire avant même le début de la partie: c'est le privilège -rare- d'un pays présentant deux de ses joueurs des deux côtés du filet! Mesurons-nous seulement notre bonheur et notre chance? La Belgique sera, l'espace d'une après-midi, le centre du monde. Le centre de la terre, battue ou non.

Des milliards de téléspectateurs, disséminés de la Chine aux Etats- Unis, suivront une rencontre opposant deux championnes de ce plat pays que chantait si bien Jacques Brel. Une saine rivalité oppose les deux joueuses. L'une et l'autre auront envie de gagner mais ni l'une ni l'autre ne souhaite transformer cette fête en guerre communautaire. Sous les yeux des politiciens en goguette, la Belgique du tennis montera au filet du même pas conquérant sur la brique pilée parisienne.


"Justine a le plus beau jeu"

John McEnroe et Nathalie Tauziat élogieux à l'égard de leur joueuse préférée sur le circuit

PARIS John McEnroe et Nathalie Tauziat ne s'en cachent pas: ils sont de grands admirateurs de Justine Henin. «A mes yeux, elle possède le plus beau jeu du circuit féminin. Elle frappe la balle avec une incroyable facilité. Mieux que moi à ma grande époque», confie l'ancien champion américain qui participera à un tournoi d'exhibition à Anderlecht du 20 au 22 juin avec d'autres vétérans célèbres. Pour l'ancien vainqueur de Wimbledon, grand amateur de noble art à ses heures perdues, le style de la Rochefortoise lui rappelle celui de... «Roy Jone Jr. », ce boxeur poids moyen qui vient de battre le poids lourd John Ruiz aux Etats-Unis. «Elle est si agile, si talentueuse, si brillante. Et, en plus, elle est devenue très résistante et parvient désormais à battre des adversaires plus fortes physiquement. C'est le triomphe de la technique...»

Kim Clijsters plaît également à l'ex-numéro un mondial. Mais d'une autre façon. «C'est une fille super- sympa. J'apprécie à la fois sa personnalité sur le court et en dehors. Je trouve, en outre, qu'elle a amélioré son registre technique ces derniers mois et qu'elle est surtout plus rapide dans ses déplacements...»

McEnroe se garde, dès lors, de faire un pronostic pour cette finale. «Mais je suis en tout cas très impressionné que deux joueuses venant d'un petit pays comme la Belgique se retrouvent en finale. Ceci dit, je suis encore plus interpellé par l'histoire des soeurs Williams qui sont devenues les meilleures joueuses du monde en venant d'un ghetto noir de Los Angeles où personne ne jouait au tennis...»

Nathalie Tauziat est également élogieuse à l'égard de Justine Henin. «Lorsque j'ai joué pour la première fois contre elle, j'ai tout de suite apprécié son style de jeu. C'est un pur régal pour les yeux...»

L'ancienne joueuse française et la Rochefortoise ont rapidement sympathisé. Au point que Justine la considère un peu comme sa marraine sur le circuit. «Je ne sais pas qui va gagner la finale car Clijsters est très régulière et très puissante. Mais il est clair que Henin m'a impressionnée face à Serena Williams. Son jeu est de plus en plus solide. On voit qu'elle a réalisé de gros progrès physiquement. Elle ne cesse d'élever son niveau de jeu depuis le début de la quinzaine...»

Nathalie Tauziat s'efforcera de rester neutre cet après-midi. Mais son coeur sera du côté de Justine. «Elle mérite de gagner un Grand Chelem et je suis convaincue qu'elle peut, un jour, devenir numéro un mondial...»

© Les Sports 2003

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be