«Le bisou du Roi fut très doux»

S. F.

PARIS Elle est comme ça. Il ne faut sans doute pas chercher à comprendre. Kim Clijsters avait beau être passée à côté de sa finale, elle ne perdait pas son sourire, dans la grande salle d'interview, à l'issue de sa défaite. Pour peu, on aurait cru que c'était elle, la lauréate, tant elle se laissa facilement aller à la plaisanterie avec les journalistes. À la question de savoir ainsi pourquoi Gabriela Sabatini l'avait consolée en lui faisant l'accolade, alors que par la suite elle allait embrasser Justine, elle répondit que c'était en raison de la relation particulière qu'elle nourrissait avec l'Argentine. «J'ai encore été acheter de la lingerie avec elle l'été dernier aux Etats-Unis», confia-t-elle ainsi à l'assistance, qui éclata de rire. Et à propos de bisou, elle dévoila que celui que lui donna le Roi Albert II fut vraiment «très doux», ajoutant que pareille occasion ne se reproduira sans doute pas de sitôt. «Ce ne doit pas arriver souvent...», sourit-elle. Sa finale perdue contre Justine? Elle était déjà oubliée...

© Les Sports 2003

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be