Xavier Malisse se libère

Serge Fayat
Xavier Malisse se libère
©Photonews

Il devra venger Olivier Rochus pour une place en finale à Saint-Polten

SAINT-POLTEN C'est bon pour le moral. Et cela tombe à pic pour Roland-Garros! Xavier Malisse (ATP 65) s'est qualifié pour la première fois de la saison pour les demi-finales d'un tournoi ATP en remportant son cinquième match d'affilée sur la terre battue de Saint-Polten. Jeudi, le Courtraisien a écarté en trois manches, 6-4, 3-6 et 6-1, l'Autrichien Daniel Köllerer (ATP 174), bénéficiaire d'une wild card, son adversaire encaissant un jeu de pénalité pour mauvaise conduite à 4-1 dans la manche décisive.

«Je suis très heureux de pouvoir disputer un match supplémentaire, confia-t-il, satisfait du devoir accompli. Je suis en train de me battre de la première à la dernière balle pour remonter la pente. J'étais bien entré dans la partie, mais dans le deuxième set, j'ai commis pas mal de fautes directes en revers. Par la suite, je me suis bien repris. Je ne voulais pas gagner avec ce jeu de pénalité, mais c'est le sport. En tout cas, c'est bon pour la confiance.»

Xavier Malisse n'avait pas gagné un match sur terre battue cette année, si l'on excepte ses deux victoires contre les modestes Zimbabwéens Wayne Black et Genius Chidzikwe en Coupe Davis. En une semaine, le premier joueur belge vient de fameusement gommer cette lacune, commençant par deux succès dans le tableau qualificatif, avant d'en aligner trois autres dans le tableau final. Ce vendredi, il se mesurera à un autre Autrichien, Jürgen Melzer (ATP 55), qui a ruiné les espoirs d'Olivier Rochus en s'imposant en trois sets 4-6, 7-6 (7/) et 6-2.

«Il faut rester réaliste, glisse son coach Philippe Dehaes. Xavier n'a pas eu à affronter des monstres dans ce tournoi. Nous étions venus ici dans le but de travailler certains schémas tactiques spécifiques à la terre battue tout en espérant qu'il remporte un ou deux matches. Il s'est extirpé des qualifications et sa victoire au premier tour contre le Slovaque Beck l'a mis sur les rails. Contre Köllerer, qui est légèrement fou, il n'a pas toujours très bien joué, mais il y est allé avec le coeur, dans une ambiance assez hostile, digne de la Coupe Davis. Il a gagné au caractère, ce qui est positif, car Melzer, qui vient de battre Massu et Safin à Hambourg, sera d'un autre calibre.»

Olivier Rochus (ATP 73), de son côté, gardera incontestablement un goût de trop peu. Le petit Auvelaisien, demi-finaliste il y a tout juste deux semaines à Munich, savait qu'il avait un bon coup à jouer dans ce tournoi, mais il n'a pas su saisir sa chance lorsqu'elle s'est présentée à 6-4, 4-2 face à un adversaire qui lui avait déjà fait mordre la poussière en septembre de l'an passé en Coupe Davis.

«Je suis un petit peu cassé»

«Je crois que je suis un petit peu cassé, expliqua-t-il. J'ai beaucoup joué ces dernières semaines et je me sens fort fatigué. Néanmoins, j'étais tout proche. J'ai eu des balles de 5-3 et dans le tie-break, à 5-5, je frappe un coup droit gagnant qui sort de quelques millimètres. J'ai l'impression que le match a tourné dans ce jeu pour faire 5-3. Après être revenu à 4-4, il a commencé à très bien servir, frappant notamment quatre aces dans le tie-break. Et ensuite, il n'a plus rien lâché. Mon bilan sur terre battue est encourageant, même si je ne suis pas complètement satisfait de mon jeu. Là, je vais essayer de me reposer, mais je n'aurai que deux jours. J'espère que j'aurai récupéré pour Roland-Garros.»

Sûr que Xavier Malisse fera tout, ce vendredi, pour le venger et se hisser en finale...

© Les Sports 2004

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be