Retour sur terre

Mig. T.

On le sait de longue date: chez Justine Henin, le mental est très lié au physique. Sa défaite d'hier face à l'Italienne Tathiana Garbin en est le plus bel exemple. Parce qu'elle n'était pas au mieux de sa forme, la tenante du titre a perdu sa confiance et a quitté la scène, tête basse. Lundi dernier, face à Sandrine Testud, Henin avait déjà laissé filtrer de nombreux signes de fragilité. Mais elle s'était imposée grâce à son talent. Hier, face à une adversaire volontaire à défaut d'être brillante, la Namuroise est apparue impuissante, tétanisée par l'enjeu. Elle n'est jamais rentrée dans le match et a été logiquement éliminée. Plus qu'une autre, Justine a besoin que tous les paramètres soient au vert pour offrir son meilleur rendement.

Ce n'était pas le cas lors de ce Roland-Garros. A court de compétition, la tête pleine de doutes, paralysée par le stress, la raquette hésitante, elle n'était pas prête à relever un tel défi. Ni physiquement, ni mentalement. Dans ce contexte, elle aurait mieux fait, peut-être, de ne pas participer à l'épreuve et de se concentrer pour Wimbledon. Mais Justine est une gagneuse et une championne. Elle voulait défendre son titre. Elle avait de bonnes sensations à l'entraînement. Elle se croyait capable d'aller loin, très loin. On ne peut lui en vouloir d'être ambitieuse même si, à l'arrivée, la loi du sport est toujours sans pitié. Nul doute d'ailleurs qu'elle tirera des conclusions positives de ce retour sur terre inattendu.

© Les Sports 2004

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be