Malisse peut encore y croire!

Mig. T.
Malisse peut encore y croire!
©EPA

Son match faceà Costa a été interrompu par l'obscurité


PARIS La tombée de la nuit a interrompu, ce samedi, le duel qui opposait, sur le court n°1, Xavier Malisse à Albert Costa. Au moment de l'interruption, l'Espagnol menait par deux sets à un et 5-5 dans le quatrième set. Les deux joueurs reprendront leur match ce dimanche, après le huitième de finale féminin qui opposera, à 11h, Sharapova à Weingartner. Osons croire que le Courtraisien, qui se plaint depuis quelques jours d'une petite douleur au bas du dos, aura récupéré toute son énergie face à un adversaire vraiment résistant. Un fait est sûr, tout est possible! Hier, il a même sauvé deux balles de match...

Malisse signa un premier set remarquable. Pris à froid, il se retrouva vite mené 3-0. Mais il éleva, alors, son niveau de jeu, servant bien, entrant dans le court, tenant même l'échange si nécessaire face à un véritable crocodile de la terre battue. C'était le Malisse que son coach Philippe Dehaes avait annoncé: conquérant, audacieux par instant, concentré. A 4-4, sur un mauvais jeu de service de Costa, le Flandrien signa un break décisif pour s'offrir la première manche.

Sur sa lancée, toujours perché sur son nuage, le joueur belge s'offrit un nouveau break pour mener 2-0 dans le deuxième set. C'était le scénario idéal. Mais, à cet instant, la belle mécanique se grippa. Plus hésitant dans l'échange, un rien plus lent dans ses déplacements, Xavier Malisse concéda la bagatelle de huit jeux consécutifs pour se retrouver à un set partout et... 2-0!

En face de lui, Albert Costa retrouvait, il est vrai, ses marques. L'Espagnol, qui avait passé un minimum de premières balles en début de partie, assurait davantage au service. Et, surtout, il retrouvait, au fil des jeux, sa régularité dans l'échange. Infatigable globe-trotter des courts, Costa a l'art d'user ses adversaires. Il ne s'en privait pas!

Deux balles de match!

En d'autres temps, Malisse eut pris ce changement de rôle comme un coup de massue sur la tête. Là, il s'accrocha, revint à 2-2 et, mieux encore, sauva deux balles de set à 5-3 pour le Barcelonais! Il avait la hargne, l'envie de se surpasser. Mais il était écrit que, dans ce match, rien ne serait jamais acquis. Alors qu'il servait pour égaliser à 5-5, le Flandrien concéda un jeu blanc.

La perte de ce troisième set, alors que le soleil commençait à se coucher sur Paris, ne freina par l'ambition du n°1 belge. Au contraire. On le sentait désireux de se battre et de repousser ses limites. D'entrée de quatrième manche, il vola ainsi le service d'un Costa qui, visiblement, ne s'attendait pas à une telle résistance. L'Espagnol, véritable sangsue, refit son break de retard. A 5-4, Costa bénéficia de deux balles de match mais Malisse, exceptionnel, les sauva grâce à de superbes premières balles. Les premières étoiles illuminaient déjà, à ce moment, le ciel de la Porte d'Auteuil!

En huitièmes de finale, le vainqueur de cette rencontre affrontera Lleyton Hewitt. L'Australien s'est imposé, hier, face au géant néerlandais Martin Verkerk, finaliste l'année dernière, au terme d'un marathon de cinq sets. S'appuyant sur son formidable service (18 aces), Verkerk mena deux sets à un. Mais, plus solide physiquement, le fiancé de Kim Clijsters domina ensuite nettement la situation.

ENVOYÉ SPÉCIAL EN FRANCE MIGUEL TASSO


© Les Sports 2004

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be