Au coeur de la player's party avec Justine

Thibaut Vinel

Visite exclusive dans les coulisses d'une soirée très VIP pour les joueuses

ANVERS La vie des joueuses côté court n'a presque aucun secret pour les passionnés qui, grâce aux médias, suivent les moindres gestes ou mimiques de ces athlètes. En revanche, les quelques activités côté coulisses en l'honneur de ces héroïnes restent souvent méconnues du grand public.

Outre les commodités pratiques liées aux transports ou aux hôtels, ces globe-trotters du sport participent à des excursions VIP des villes dans lesquelles elles pratiquent leur art. L'an passé, Elena Dementieva avait, par exemple, visité Anvers en calèche avant de goûter au chocolat belge. Pendant ce temps-là, Nadia Petrova préférait la cité des diamantaires, autre fleuron de notre pays.

Mais s'il est bien une tradition indéfectible au tournoi de la Métropole, c'est la soirée des joueuses. Organisée par Bob Verbeeck lundi soir à l'Hilton, au coeur de la ville, ce repas réunit une centaine de privilégiés. Qu'ils soient dans le milieu sportif ou des affaires, tous les hôtes jouent un rôle direct dans le bon déroulement de l'épreuve. Pour vous, nous avons eu le privilège de participer à l'événement. Chronique d'une soirée en zone à accès restreint.

Dès 19 h 30, Nathalie Dechy fut la première joueuse médiatique à faire son entrée aux côtés de son mari. Quelques instants plus tard, Justine Henin, accompagnée de son préparateur physique, effectuait une entrée à son image. Humble, en toute décontraction et légèrement timide, elle se dirigea vers l'hôte de ces lieux, tandis que les flashes crépitaient. Très vite, elle retrouva sa voisine Nathalie Dechy avec laquelle elle est très complice. Elles mangeront d'ailleurs à la table d'honneur côte à côte.

Toutes au lit avant 21 h 30 !

Assez rapidement, la trentaine de joueuses qui s'étaient déplacées au 3e étage, dans le plus grand hall de réception du pays, dont la superficie est aussi vertigineuse que le luxe n'est omniprésent, prit place à table. La sobriété des tenues ou l'absence d'orchestre contrastaient avec le décor impérial de l'Hilton, hôtel qui se mue en QG des Proximus Diamond Games l'espace d'une semaine.

La délégation chinoise se retrouva rapidement à la même table, tandis que les joueuses des pays de l'Est de l'Europe, plus nombreuses, se retrouvèrent ensemble. Avec un peu de retard, Ana Chakvetadze, qui était arrivé à Anvers dimanche soir après sa finale victorieuse de Paris, vint prendre place avec ses amies.

Enfin, Patty Schnyder fit son entrée, tandis que Na Li la suivait. Dans le camp des absentes, Daniela Hantuchova était tout excusée vu que son jet privé n'arrivait en Belgique que lors de cette soirée. Quant à Yanina Wickmayer, elle se produisait sur une autre scène. Avec succès. Les quelques mots de Bob Verbeeck lancèrent les festivités de la semaine. En guise de bienvenue, Willy Henneuse, concepteur de la raquette d'or et de diamants, se fendit en offrant à chaque joueuse un petit présent. La boite, minuscule, était aussi petite que le diamant qui se logeait à l'intérieur n'était d'une grande valeur.

Dans l'ordre, les joueuses chinoises et des pays de l'Est furent les plus sérieuses en retournant dans leur chambre dès 21 h. Et Justine ? Disciplinée et rigoureuse, elle a pris con- gé de la table d'honneur sur le coup de 21 h 30, tandis que Patty Schnyder, dernière joueuse à rester à table, lui emboîtait le pas. Place aux affaires sérieuses, même si d'autres activités spéciales sont prévues...



© La Dernière Heure 2008


Malisse va rester 300e mondial

Xavier Malisse (ATP 351) a réalisé une très mauvaise affaire pour sa carrière en s'inclinant, lundi soir, au premier tour du tournoi de Delray Beach, doté de 436.000 dollars, dont il était tenant du titre. Le Flandrien, retombé dans les tréfonds de la hiérarchie mondiale après avoir perdu les points de sa victoire, a été battu 6-2, 4-6 et 6-3 par l'Américain Bobby Reynolds (ATP 111). "Je n'avais pas de rythme et j'ai très mal joué", confia le Courtraisien, qui ne réussit à saisir que 2 des 17 balles de break qu'il s'octroya durant la partie. "Je dois être capable de faire mieux que cela. J'ai pris des mauvaises décisions sur les points importants et cela m'a coûté cher. Je peux tout à fait accepter de perdre, mais uniquement lorsque j'ai bien joué." Résultat des courses, Xavier Malisse continuera à végéter aux alentours de la 300e place mondiale. C'est d'autant plus dommage que lors de la même soirée, Tommy Haas (ATP 27), qu'il pouvait rencontrer au 2e tour, s'est aussi incliné, contre l'Argentin Diego Hartfield (ATP 99). L'Allemand, vainqueur en 2006, de retour après une blessure à l'épaule, a été battu 6-2, 3-6, 6-2. Le Flandrien possède désormais encore six tournois, dont Roland-Garros et Wimbledon, pour remédier à la situation en utilisant un classement protégé qui lui offre une place dans le tableau final. "Je reconnais que ma confiance a pris un coup, glissa-t-il. Cette défaite ne me rend pas la tâche plus aisée pour remonter la pente..."



© La Dernière Heure 2008

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be