US Open: Roger et Serena sans trembler

Roger Federer et Serena williams qui convoitent tous deux un 18e titre en Grand Chelem.

belga

Roger Federer et Serena williams qui convoitent tous deux un 18e titre en Grand Chelem et un 6e succès à l'US Open ont lancé leur campagne 2014 sans trembler mardi.

Les débuts de Williams ont tenu toutes leurs promesses à la grande joie des 23.000 spectateurs de l'Arthur Ashe Stadium.

Revêtue d'une robe au motif léopard, le vernis, la N.1 mondiale, double tenante du titre, n'a fait qu'une bouchée de sa compatriote Taylor Townsend, 103e au classement WTA, 6-3, 6-1.

"Elle a livré un grand match, c'est quelqu'un qui a un incroyable potentiel", a insisté Williams.

Elle sera opposée au prochain tour à une autre Américaine, Vania King.

"C'est dommage, mais au moins, cela veut dire qu'une Américaine sera au tour suivant", a souligné la cadette des soeurs Williams.

La N.4 mondiale, la Tchèque Petra Kvitova, a fait elle aussi forte impression en balayant la Française Kristina Mladenovic 6-1, 6-0.

Ce n'est pas le cas de la Bélarusse Victoria Azarenka, finaliste des deux dernières éditions de "Flushing".

L'ancienne N.1 mondiale, retombée au 17e rang à cause d'une cascade de blessures, a bataillé pendant plus de deux heures face à la Japonaise Misaki Doi 6-7 (3/7), 6-4, 6-1.

Une autre ancienne N.1 mondiale Ana Ivanovic a confirmé qu'il faudrait compter sur elle: la Serbe, revenue dans le top 10 mondial pour la première fois depuis 2009, a facilement dominé l'Américaine Alison Riske 6-3, 6-0.

Il y a bien eu un coup de tonnerre dans le tableau féminin avec l'exploit d'une adolescente de 15 ans, l'Américaine CiCi Bellis qui a fait chuter la Slovaque Dominika Cibulkova, finaliste de l'Open d'Australie 6-1, 4-6, 6-4.

La Californienne est la plus jeune joueuse à remporter un match sur le circuit WTA depuis Anna Kournikova en 1996.

Le Croate Borna Coric, 17 ans, a lui donné un coup de vieux au Tchèque Lukas Rosol 6-4, 6-1, 6-2, pourtant vainqueur à Winston-Salem samedi dernier.

Coric, qui a atteint les quarts de finales du tournoi d'Umag cet été, est encore loin du palmarès de Roger Federer qui a signé sa 50e victoire de l'année.

Il a dominé l'Australien Marinko Matosevic 6-3, 6-4, 7-6 (7/4) sous les yeux de l'idole de son adolescence, le légende du basket-ball, star des Chicago Bulls, Michael Jordan.

"Alors que j'étais en confiance depuis plusieurs semaines, je suis devenu soudain très nerveux avant le match. Je me suis dit que mon objectif serait simplement de gagner ce match, j'ai joué sans prendre de risques", a expliqué le Suisse qui reste sur quatre finales de suite (Halle, Wimbledon, Toronto et Cincinnati).

En l'absence du tenant du titre, son grand rival espagnol Rafael Nadal, l'ancien N.1 mondial a les cartes en mains pour remporter le 18e titre du Grand Chelem de sa carrière, son premier depuis deux ans.

Au prochain tour, il sera confronté à l'Australien Sam Groth, redouté pour ses services.

Il lui faudra peut-être vaincre plus tard entre autres l'Espagnol David Ferrer, qui a concédé un set face au Bosnien Damir Dzumhur 6-1, 6-2, 2-6, 6-2.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be