Van Herck n'a pas choisi le chemin le plus facile

Van Herck n'a pas choisi le chemin le plus facile
©AFP
Un commentaire de Thibaut Vinel.

En cette période de campagne électorale, le cumul est plutôt mal perçu. Johan Van Herck a néanmoins récolté les suffrages de la majorité pour obtenir la gestion des deux équipes nationales, messieurs et dames. Les joueuses ont voté et leur vote est irrévocable. Par les temps qui courent, André Stein a avancé avec une prudence de Sioux afin de ne pas reproduire la catastrophe Monami. Le président de l'AFT n'avait pas mis le nom de Van Herck en-haut de sa short list, mais il s'est rangé derrière la volonté de la majorité. A-t-il eu raison ? Le temps répondra à la question.

Aujourd'hui, il est un fait acquis que Johan Van Herck présente un CV intéressant pour ce poste. Il a déjà fait ses preuves en fédérant une équipe de Coupe Davis autour de David Goffin. Il a également montré ses qualités de meneur. Il sait motiver ses troupes avec des mots simples et une solide dose d'énergie. 

En revanche, il ne s'y connait pas trop en matière de psychologie féminine. Un capitaine n'utilise pas le même discours en Coupe Davis et en Fed Cup. D'emblée, il profite du soutien de Mertens and co. Le capitaine devra déjà faire ses preuves en février à Liège. Sa première difficulté consistera à écarter
...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité